israel

  • 08/03/10: CHARLEROI-Belgique: Projection du film "Rachel", au cinéma Le Parc, rue de Montigny 58, Charleroi

    Sent: Thursday, March 04, 2010 4:36 PM
    To
    Subject: Projection du film "Rachel" ce lundi 8 mars, au cinéma Le Parc, rue de Montigny 58, Charleroi

     

    Bonjour,

    Voici un film à ne pas rater.

    Dans « Rachel », Simone Bitton enquête sur la mort de Rachel Corrie, cette pacifiste américaine de 23 ans écrasée le 16 mars 2003 par un bulldozer de l’armée israélienne dans la Bande de Gaza alors qu’elle tentait de s’opposer pacifiquement à la destruction d’une maison palestinienne.

    Plus d'infos sur le site de la Plate-forme Charleroi : http://www.pourlapalestine.be/

    -la bande annonce du film
    -les interviews de Simone Bitton et de Rachel Corrie
    -la lettre des parents de Rachel Corrie concernant le procès qu'ils intentent à l'état d'Israël.

    Merci de diffuser ce mail,

    Myriam.
  • 01/10/09: Grève générale en Palestine occupée : la confrontation et le défi...

    Sent: Sunday, September 27, 2009 12:01 PM
    To: Undisclosed-Recipient:;
    Subject: Grève générale en Palestine occupée : la confrontation et le défi

     

    Grève générale en Palestine occupée : la confrontation et le défi

     

    CIREPAL (Centre d’Information sur la résistance en Palestine)

    27 septembre 2009

     

     

    Le premier octobre prochain, les Palestiniens de 48 (qui vivent dans l’entité sioniste) organisent une grève générale, à laquelle ont unanimement appelé les forces politiques palestiniennes présentes dans le Haut comité de suivi des masses arabes. Cette grève signifie essentiellement que les régions demeurées majoritairement arabes (Galilée, Triangle et des parties du Naqab) seront entièrement paralysées, y compris dans la partie arabe des villes « mixtes ». Il s’agit d’abord de commémorer le martyre de 13 Palestiniens tombés début octobre 2000, lorsque notre peuple de l’intérieur s’est soulevé, pour contribuer à l’intifada al-Aqsa, déclenchée quelques jours plus tôt.

    Il a fallu huit ans pour que les Palestiniens de 48 arrivent à proclamer cette grève, historique dans l’histoire du mouvement palestinien de l’intérieur. En effet, après la terrible répression en octobre 2000 contre les Palestiniens de 48, descendus dans les rues pour protester contre les massacres commis par l’armée sioniste en Cisjordanie (al-Quds y compris) et la bande de Gaza et pour participer à la révolte de notre peuple contre la colonisation et l’occupation, dans l’Intifada al-Aqsa, les Palestiniens de 48 ont célébré, entre 2001 et 2008, la commémoration annuelle en organisant diverses manifestations, dans certaines villes, soit en Galilée soit dans le Triangle.

     

    Commission Ur : manœuvre israélienne

    Depuis 2001, plusieurs voix et forces politiques réclamaient la grève générale, mais en vain. Certains partis essayaient de « calmer » les masses, préférant discuter avec les institutions sionistes, attendant un geste de leur part, une sorte de « regret » pour les massacres commis ou « des excuses » pour la répression, les actes et les paroles racistes. En vain !! L’institution sioniste, civile, militaire ou sécuritaire, n’a pas bronché, au contraire. La commission israélienne Ur qui avait été formée juste après la révolte pour soi-disant examiner et évaluer les événements (manifestations pacifiques et répression sanguinaire) n’a abouti qu’à faire porter la responsabilité des faits aux dirigeants palestiniens eux-mêmes, accusant sheikh Raed Salah et dr. Azmi Bishara d’être les fauteurs de troubles, parce qu’ils avaient prononcé des discours jugés « extrémistes » par les responsables israéliens. De plus, les militaires et policiers ayant tiré sur les manifestants, tuant 13 civils et blessant près de 500 civils palestiniens, ne seront pas inquiétés, malgré les preuves évidentes de leur implication dans les meurtres intentionnels. Il a fallu le rapport de cette commission, paru en 2005, pour que certains dirigeants comprennent enfin que l’établissement colonial sioniste ne peut aller au-delà de cette manœuvre qui vise à faire croire qu’Israël est un Etat de droit et que tous ses citoyens sont égaux, puisque les Palestiniens de 48 « jouissent » de la citoyenneté israélienne.

     

    Depuis octobre 2000 : accentuation du racisme colonial

    Le massacre d’octobre 2000 n’a été que le début d’une vague répressive, coloniale et raciste, populaire et officielle, civile, militaire et sécuritaire, contre les Palestiniens de 48 et leur direction politique.

    Depuis octobre 2000, les institutions israéliennes ont accentué leur politique d’apartheid envers ce qu’elles considèrent comme la « minorité arabe israélienne » : outre les confiscations des terres (en Galilée et dans le Triangle), les démolitions des maisons (en Galilée et surtout dans le Naqab, partie sud de la Palestine), les pratiques de nettoyage ethnique dans les villes devenues « mixtes » du fait de la colonisation (Yafa, Ramleh, Lidd, Akka et Haïfa) et dans des régions comme le Naqab, outre les actes et les déclarations racistes d’officiels, d’universitaires ou de journalistes israéliens, les masses palestiniennes et leurs directions politiques et civiles sont soumises à l’arbitraire et la répression : arrestations, fouilles et confiscations de matériels et documents, exil forcé, interdictions diverses (de voyager, de se déplacer, etc..). Mais trois faits marqueront la mémoire collective palestinienne, après le massacre d’octobre 2000 : le massacre de Shefa ‘Amr commis par un soldat-colon en août 2005, le pogrom de Akka commis en septembre 2008 et la tentative d’invasion par les colons de Umm al-Fahem, début 2009. Ce qui distingue ces faits de tous les autres, c’est l’impunité officielle envers les colons, responsables de toutes ces attaques. Il est désormais clair, pour ceux qui hésitaient encore, que l’institution officielle israélienne ne peut que soutenir et protéger ses propres colons, à cause de l’idéologie coloniale et raciste officielle.

     

    D’un apartheid de fait à un apartheid légalisé

    Il est devenu courant de désigner la politique israélienne par apartheid, concernant la Cisjordanie (y compris al-Quds) et de la désigner par racisme concernant les Palestiniens de 48, comme si la politique israélienne envers les Palestiniens de 48 relevait d’un racisme semblable à la France ou à d’autres pays européens. Mais quiconque étudie minutieusement la pratique institutionnelle sioniste envers les Palestiniens de 48, depuis l’occupation de la Palestine en 1948 et la fondation de l’Etat sioniste, réalisera qu’elle est caractérisée par un véritable apartheid auquel s’ajoute une politique de nettoyage ethnique et religieux. Cette distinction entre les deux régimes (Cisjordanie et Palestine occupée en 48) est le fait de ceux qui croient à la légalité et la légitimité de l’Etat d’Israël, croyance qui les empêche de voir le visage hideux du colonialisme dans cette partie occupée en 48 : ils ne voient que la partie superficielle, le racisme envers une catégorie de la population « israélienne ». Mais dans les faits, l’apartheid sioniste s’exerce avant tout envers les Palestiniens de 48, dans tous les détails de vie courante. Il est vrai que les Palestiniens de 48 votent pour des élus à la Knesset, mais ce n’est qu’une façade, qui risque d’ailleurs de tomber ces prochaines années. Mais même concernant ces élections, il faut rappeler que suite à l’expulsion des Palestiniens de leur patrie, en 1948-49, ceux qui sont restés sont devenus une minorité affaiblie, sans direction politique, économique et intellectuelle, face à l’établissement sioniste (ce qui n’était pas le cas des Africains dans l’Afrique du sud). Donc, pour les sionistes, il valait mieux leur accorder ce droit de vote et la citoyenneté, puisqu’ils ne pouvaient représenter aucun danger, à l’époque.

    Concernant la citoyenneté israélienne, de plus en plus nombreux sont les Palestiniens de 48 qui la remettent en cause, comme le dit Ameer Makhoul, directeur de l’Union des associations civiles arabes (Ittijah), dont le siège est à Haïfa, dans un article récent :  « la citoyenneté ne protège pas le Palestinien, elle n’est pas une médaille israélienne pour le Palestinien, mais un outil de domination et de domptage entre les mains de l’Etat, alors que pour le mouvement national palestinien de l’intérieur, elle est un outil pour demeurer et défendre la patrie, et y défendre les droits de notre peuple. Quoi qu’il en soit, elle n’est pas un choix palestinien mais une contrainte israélienne ».

    L’apartheid israélien de fait pratiqué depuis 1948 est en passe d’être légalisé, avec les lois de plus en plus nombreuses que l’établissement officiel sioniste instaure. Il n’a pas fallu attendre, contrairement à ce que croient beaucoup, l’arrivée au pouvoir de la droite dure pour ce faire, c’est-à-dire février 2009. Dès l’Intifada al-Aqsa, plusieurs lois adoptées par la knesset ou proposées par des groupes parlementaires divers, rejettent les droits des Palestiniens, limitent leur accès à une égalité même de surface, encerclent leur direction et leur présence dans leur pays. Les récentes lois proposées, discutées ou adoptées ne font qu’entériner ce que la gauche sioniste avait envisagée, à demi-mots. C’est cette accentuation de la sionisation musclée, à visage découvert, qui a finalement convaincu ceux qui hésitaient à proclamer la grève générale, à le faire sans hésiter.

     

    L’accumulation des confrontations antérieures

    Si les Palestiniens de 48 sont parvenus à proclamer la grève générale, le 1er octobre prochain, de manière unanime, c’est aussi et surtout à cause de l’accumulation des luttes qu’ils entreprennent depuis octobre 2000 contre l’institution sioniste, sous toutes ses formes. C’est dans la confrontation que les outils ont été mis au point et ajustés pour arriver à ce stade, reprenant la tradition de la journée de la terre du 30 mars 1976, mais avec une conscience politique plus aguerrie de ce qu’ils sont, de ce qu’ils veulent et de ce à quoi ils aspirent. Il ne s’agit plus seulement de protester contre les confiscations des terres, qui sont d’ailleurs presque entièrement confisquées, plus de trente ans après, mais de s’affirmer palestiniens, et en tant que tels, de contribuer au combat palestinien pour la liberté, contre le colonialisme, l’apartheid et le nettoyage ethnique israéliens.

    Et parmi ces outils de lutte forgés dans la confrontation, il y a le haut comité de suivi des masses arabes qui a « osé » proclamer la grève générale. Organe de liaison fondé au début pour contrôler les masses arabes, il est devenu, au fur et à mesure que les luttes s’intensifiaient, un organe partagé entre les nationalistes et les « modérés », pour devenir finalement un cadre portant les aspirations nationales du peuple palestinien de l’intérieur. Bien évidemment, la lutte à l’intérieur du haut comité n’a pas encore entièrement tranché la question, mais des voix de plus en plus nombreuses réclament actuellement l’élection des instances dirigeantes de cet organe par les masses palestiniennnes de 48, alors qu’elles sont jusqu’à présent formées par un consensus très éloigné de la réalité sur le terrain.

    La principale contestation de ces élections réclamées émane de certains partis qui craignent que le haut comité ne remplace dorénavant leur représentativité à la knesset, tout comme ils craignent qu’un tel organe, uniquement palestinien, ne franchisse le cap d’une séparation de fait avec la société coloniale israélienne, balayant tout appui ou toute illusion envers la gauche sioniste ou alternative israélienne. Pour ceux qui réclament ces élections, il s’agit de bâtir un véritable outil palestinien représentatif, de liaison et de coordination des luttes face aux menaces de plus en plus évidentes de la part de l’institution sioniste. Il s’agit, non pas de remplacer les partis participant aux élections de la Knesset, mais d’aller au-delà, en tenant compte qu’une part grandissante de la population palestinienne de l’intérieur ne participe plus ou n’a jamais participé, à ces élections. La proclamation de la grève générale par le haut comité de suivi est un pas dans ce sens. Elle vient couronner le débat interne qui dure depuis des années et qui se poursuivra après la grève.

     

    La grève générale du premier octobre prochain est la poursuite de la mobilisation exemplaire et la participation massive des Palestiniens de 48 lors de la guerre génocidaire contre la bande de Gaza. Elle est la poursuite de la mobilisation remarquable lors de la guerre de juillet-août 2006 contre la résistance au Liban, comme elle est la poursuite de la mobilisation populaire contre l’invasion de Umm al-Fahem, contre le pogrom à Akka et surtout, contre la judaïsation de la ville d’al-Quds, devenue de fait sous leur protection, puisque ni les Palestiniens de Cisjordanie ni ceux de la bande de Gaza ne peuvent y accéder et la défendre. Une lourde responsabilité pèse aujourd’hui, comme elle a toujours pesé, sur leurs épaules.

    C’est pourquoi il est important que les amis du mouvement palestinien de libération se mobilisent pour soutenir le combat des Palestiniens de 48, non pas seulement lorsqu’ils participent au combat palestinien à Gaza ou en Cisjordanie, mais aussi et surtout lorsqu’ils se mobilisent et affrontent, les mains nues, l’institution sioniste, civile, militaire, politique ou sécuritaire, pour protester contre le racisme colonial qui cherche soit à les israéliser soit à les expulser.

    Dans la pratique, il est possible de contribuer au soutien de leurs luttes en les faisant participer à tout débat organisé sur la cause palestinienne, et non seulement sur leurs propres luttes, en les invitant aux côtés des autres Palestiniens, réfugiés ou de Cisjordanie et de Gaza. Ensuite, faire connaître leur situation, leurs luttes et leurs analyses, en évitant de les intégrer dans « les affaires internes israéliennes » et en les dissociant des Israéliens, quelle que soit la nature de ces Israéliens, gauche, extrême-gauche ou autres. Puis, finalement, en tentant de porter la présence des Palestiniens de 48 dans leur propre pays colonisé devant les instances internationales, même si ces dernières sont encore timides ou franchement pro-sionistes. Défendre la présence et le droit des Palestiniens de 48 devant les instances internationales a une double portée : d’abord médiatique, mais surtout politique, puisqu’il s’agit de frapper l’Etat sioniste au cœur, lui qui considère les Palestiniens de 48 comme étant une affaire interne et que toute revendication de ce type, une intervention dans ses « affaires internes ». C’est à ce niveau que l’Etat sioniste peut être affaibli et démantelé, progressivement, tout en permettant à notre peuple de l’intérieur de s’affermir, d’être une épine mortelle dans le cœur de l’entité israélienne.

  • 25/04/2009: CHARLEROI-Belgique : CHARLEROI se mobilise pour LA PALESTINE...

    CHARLEROI    se mobilise pour    LA PALESTINE

     
    Samedi 25 avril 2009
    à partir de 13h
     
    à l'Université du Travail de Charleroi (UT)
    Auditoire et rez-de-chaussée prés de la bibliothèque
    boulevard Roullier 1, 6000 Charleroi
     
    Au programme :
     
    14 h - 15 h 30 :
    * Atelier sur l'histoire du sionisme avec Michel Staszewsky
    * Atelier vente et transport d'armes en Israël avec Dominique Waroquiez
     
    16 h - 17 h 30 :
    * Atelier sur l'histoire du mouvement palestinien avec Hamdan Aldamiri
    * Atelier Dexia avec Bert De Belder
     
    18 h : Conférence-débat :
     
    Après Gaza : quel avenir pour la Palestine?
     
    Avec :
     
    Nordine SAIDI
    Michel COLLON
    Michel STASZEWSKY
    Mohsin MOUDDEN

    Modérateur  : Luc DELVAL
     
    20 h : Clôture avec sketch, chants et poèmes palestiniens
     
    En permanence :
    stands d'infos et d'action pour la Palestine
    artisanat palestinien, expositions de photos
    petite restauration
     
    Organisation : Plate-Forme CHARLEROI/PALESTINE
     

    Liste des associations de la Plate-forme Charleroi - Palestine

     

    A +, Aceri, Accueil et Solidarité, Aidn Tontoni, Al Hidaya, Assakina, Attac, Atelier Nord-Sud du Forum Social, At-Touba, Averroës, Belges Issus de l’Immigration, La Braise Culture, Comité Amérique Centrale, Culture sans Frontières, Cercle Communiste, Comac, Comité Palestine Fontaîne l’Evêque-Secours Populaire Wallonie/ Bruxelles, Entr’aide et Fraternité-Vivre Ensemble, Fédération Générale des Travailleurs de Belgique (FGTB), Femmes des 2 Continents (FD2C), Femmes Musulmanes de Charleroi (FMC), Femmes pour la Paix, Forum des Citoyens, Jeunes-FGTB, Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), Ligue des Droits de l’Homme (LdH), Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), La Main dans la Main, Marianne, Les Magasins du Monde-Oxfam Gilly, Médecine pour le Peuple (MPLP), Medinaset, Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC), Mosquée Mevlana, le Mouvement Chrétien pour la Paix (MCP), Parti Communiste (PC), Parti du Travail de Belgique (PTB), Pax Christi, Peuples Solidaires, Présence et Actions Culturelles (PAC), le Progrès, La Rochelle, Secours Populaire Wallonie-Bruxelles, Solidarités Nouvelles.

     
    Infos :
    0497 / 53 50 34
    Entrée1 €
    Affiche en pièce jointe 
     
    Merci de diffuser largement
     



  • 17/01/2008: CHARLEROI-Belgique: Manifestation pour Gaza

    Manifestation

     

    Charleroi pour Gaza

     

     

    Samedi 17 janvier, 14 h,

    gare de Charleroi

     

     

    Arrêtez les massacres, stop aux crimes de guerre

    Fin des bombardements et retrait militaire.

    Fin du blocus et aide humanitaire d’urgence.

    Suspension des accords entre l’Union Européenne et Israël

     

     

    Organisation : Plate-forme Palestine - Charleroi

     

    Fédération Générale du Travail de Belgique (FGTB), Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC), Al Hidaya, Assakina, Attac, Atelier Nord-Sud du Forum Social, Averoes, Belges issus de l'Immigration, La Braise, Comité Amérique Centrale, Culture sans Frontières, Cercle Communiste, Comité Palestine Fontaine l’Evêque-Secours Populaire Wallonie/Bruxelles, Entr'aide et Fraternité-Vivre Ensemble, Femmes des 2 Continents (FD2C), Femmes Musulmanes de Charleroi (FMC), Forum des Citoyens, Ligue des Droits de l'Homme (LDH), Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), La Main dans la Main, Marianne, les Magasins du Monde-Oxfam de Gilly, Médecine pour le Peuple (MPLP), Médina-set, Mosquée Mevlana, le Mouvement Chrétien pour la Paix (MCP), Parti Communiste (PC), Parti du Travail de Belgique (PTB), Pax Christi, Peuples Solidaires, Présence et Action Culturelles (PAC), Le Progrès, Secours Populaire Wallonie-Bruxelles, Solidarités Nouvelles, Tontoni

     

     

    Contact et éd. resp. : Freddy Guidé – rue de la Station, 58/ bte 2,   6140 Fontaine l’Evêque. 0497 53 50 34.

  • 11/01/2009: BRUXELLES: Stop aux massacres à Gaza ! Le silence tue !

    ----- Original Message -----
    Sent: Friday, January 09, 2009 3:35 PM
    Subject: Manifestation Nationale - Dimanche 11 janvier à 14h - départ Gare du MIDI à Bruxelles

    Manifestation Nationale

     

    Dimanche 11 janvier à 14h

    Bruxelles - Gare du Midi

     

    Stop aux massacres à Gaza ! Le silence tue !

    Stop à l’embargo contre les Palestiniens

    Stop à la violence contre tous les civils

    Stop à l’impunité 

    Suspension des accords UE-Israël

     

     

    Premières organisations signataires : 11.11.11, Aardewerk, ACW, Animo,  Alliance for Freedom and Dignity, Amitiés et Fraternité Belgique–Irak, "Arbeitskomiitee gegen Krieg"  der deutschsprachigen Gemeinschaft (DG), Artistes contre le Mur, Association Belgo-Palestinienne (ABP), Association Culturelle Joseph Jacquemotte (ACJJ), ATTAC Bruxelles,  ATTAC Vlaanderen, ATTAC Wallonie-Bruxelles, August Vermeylenfonds, AWSA Belgique, Belagir asbl,  Broederlijk Delen, BRussells Tribunal, Bureau des Etudiants Administrateurs de l'ULB (BEA), Centre Avec, Centre culturel arabe en pays de Liège, Centre Démocrate Humaniste (cdH), Christenen voor het Socialisme, Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), Centre National de Coopération au Développement (CNCD–11.11.11), Coordinatie Boycot Israël (COBI), Composantes de la Communauté Arabe de Belgique (COCAB), CODIP, Collectif Présence Musulmane Belgique, Comac, Comité de Solidarité avec le Peuple Palestinien de Braine-l'Alleud, Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers-Monde (CADTM), Comité Surveillance Otan, Comité Verviers Palestine, Commission Justice et Paix, Communauté Palestinienne de Belgique, Dunes, ECOLO, Fédération bruxelloise des Jeunes socialistes (FBJS), Federatie van Marokkaanse Verenigingen, Fédération Islamique de Belgique (Turque), FGTB-ABVV, Fraternité asbl,  Front populaire de Turquie (Halk Cephesi), FOS – Socialistische Solidariteit, Friends of the Earth Vlaanderen & Brussel, Gents Actieplatform Palestina, Génération Palestine, Greenpeace Belgium, Groen!, Groupe Palestine–Santé, Groupe Tchétchénie, Initiatief Cuba Socialista,  Intal, Institutions et Associations musulmanes de Belgique, Jeunes FGTB, Jeunesse Musulmane de Mons, Jesjoeroen Jodendom tegen Zionisme, Käthe Kollwitz Vredesloop, KifKif, Kommunistische Partij Vlaanderen (KP), La clef asbl, Leuvens Actieplatform Palestina (LAP), Leuvens Comité Tegen Oorlog (LeCoTO), Ligue Communiste Révolutionnaire-Socialistische Arbeiderspartij (LCR-SAP), Ligue des Musulmans de Belgique, Ligue Islamique Interculturelle de Bruxelles, Links Ecologisch Forum (LEF), Luthiers Sans Frontières, Masereelfonds, Mosquées de Belgique, Mouvement Chrétien pour la Paix (MCP), Mouvement Citoyen Palestine (MCP), Mouvements de Femmes - 29 rue Blanche, Mouvement International de Réconciliation (MIR–IRG), Mouvement ouvrier Chrétien (MOC), Nouvelles Perspectives asbl,  Oxfam Magasins du Monde, Oxfam Solidariteit-Solidarité, Oxfam Wereldwinkels, Parti Communiste Wallonie-Bruxelles (PC), Parti des Communistes Italiens (PDCI), Parti du Travail de Belgique - Partij van de Arbeid van België (PTB-PVDA), Parti Socialiste (PS), Parti Socialiste de Lutte - Linkse Socialistische Partij (PSL-LSP), Pax Christi Vlaanderen, Pax Christi Wallonie-Bruxelles, PJPO Ittre, PJPO Brabant Wallon, Présence et Action Culturelles (PAC), Réseau Femmes en noir Belgique, Secours Populaire Wallonie-Bruxelles, Service civil international (SCI), Service d'Information et de Formation sur l'Amérique latine (SEDIF), sociaal progressief alternatief (sp.a), sp.a jongeren, Solidarité mondiale, Solidarité Socialiste, t Uilekot, Une Autre Gauche (UAG), Union Communiste Bruxelloise (UCB),  Union de Défense des Personnes sans papiers (UDEP), Union des Progressistes Juifs de Belgiques (UPJB), Union Liégeoise pour le Défense de la Paix, Victoria Deluxe, Vie Féminine, Vlaams Palestina Komitee, Vlaams Overleg Duurzame Ontwikkeling (VODO), Vrede vzw, Vredesactie, Vrouwen in 't Zwart,  Wereldsolidariteit,

    Werkplaats voor Theologie en Maatschappij,

     

    Coordination et contact presse :

    Association Belgo-Palestinienne (FR) 02/223.07.56 abp.eccp@skynet.be

    Vrede vzw (NL) 09/233.46.88 vrede@vrede.be

     

    Nous recherchons des volontaires pour l’encadrement de la manifestation!

    Envoyez svp vos noms et téléphone à Brian  BOOTH (FR)  brian@ecosy.org, ou à youssef@afdbelgium.com ou (NL) rene.stroobant@pandora.be

     

     

    ________________________

    Association Belgo-Palestinienne

    9, quai du Commerce

    1000 Bruxelles

    tel: 02 223 07 56

    fax: 02 250 12 63

    abp.eccp@skynet.be

    www.association-belgo-palestinienne.be

     

     

  • 10/01/2009: CHARLEROI-Belgique: Rassemblement pour Gaza...

    ----- Original Message -----
    Sent: Thursday, January 08, 2009 10:51 AM
    Subject: Venez nombreux et diffuser ce message s.v.p.


     

    Rassemblement  pour Gaza

     

     

    Ce samedi 10 janvier

    à 14 h,

    devant l’Hôtel de ville de Charleroi,

    place Charles II

     

     

    Arrêtez les massacres, stop aux crimes de guerre

    Fin des bombardements et retrait militaire.

    Fin du blocus et aide humanitaire d’urgence.

    Pour une Europe courageuse.

     

     

    Organisation : Plate-forme pour la Palestine Charleroi

    Contact et éd.resp. : Freddy Guidé – rue de la Station, 58/ bte 2, 6140 Fontaine l’Evêque.

                                     0497 53 50 34

  • 30/08/2008: BRUXELLES: soirée d’hommage au peuple palestinien et son poète Mahmoud Darwich...

     -------- Message original --------

    Sujet: Soirée d'hommage au peuple palestinien et son poète Mahmoud Darwich
    Date: Mon, 18 Aug 2008 21:19:47 +0200
    De: StopUSA <info@stopusa.be>


    Le 9 août dernier, le grand poète palestinien Mahmoud Darwich est décédé

      

     

    Soirée d’hommage au peuple palestinien et son poète

     

    Le samedi 30 août à 19h

     

    Au Centre International

    Boulevard M. Lemonnier 171

    1000 Bruxelles

     

    Avec film, témoignages, chants, photos et poésie

    Lectures d’une sélection de poèmes

     

    Info : 0486/257702

  • 23-24/08/2008: Waterloo-Belgique: Moyen Orient-Forum...

    ------- Message original --------

    Sujet: L'avenir du Moyen Orient - Forum
    Date: Thu, 12 Jun 2008 21:36:41 +0200
    De: StopUSA <info@stopusa.be>



    L’'avenir du Moyen Orient-Forum

    dans le cadre de l'’Université marxiste et en collaboration avec StopUSA


    avec Pol De Vos, Lucas Catherine, Marie Debs, Ludo De Brabander,

    Mohamed Hassan, Marc Botenga, Hamdan Aldamiri...


    23 et 24 août 2008


    Internat de Berlaymont, 10 D drève d'’Argenteuil, 1410 Waterloo



    Palestine, Liban, Israël, Irak, Syrie, Iran, Afghanistan... Des pays qui sont chaque jour à la une.

    Pourquoi la région du Moyen Orient est-elle si explosive ? Une paix durable y est-elle possible ?


    • George Bush où en est-il avec ses projets de domination du Moyen Orient après la débâcle en Irak, au Liban et maintenant en Afghanistan ?

    • L'histoire du Moyen Orient est celle de la résistance contre la colonisation et la domination étrangère. Quels points forts et faibles cette résistance a-t-elle connus  ? Quelle est la situation aujourd'hui ? Une analyse dans une perspective historique.

    • Y a-t-il de « bons » et de « mauvais » musulmans ? Les cheikhs d'Arabie saoudite sont les amis des États-Unis, tandis que celui qui résiste à la domination US est un terroriste. Quelles sont les dimensions politiques de l'Islam ?

    Dans une série de sept contributions et discussions il sera question de l'arrière-fond historique de la situation actuelle au Moyen-Orient. Inévitablement l'Afghanistan tout proche entre aussi en ligne de mire, et surtout l'intervention croissante des pays européens, dont la Belgique...

    Programme

    23/8/08

    1.  
      1. 9 – 10 h 30 : Introduction sur le Grand Moyen Orient (Pol De Vos de StopUSA et Mohamed Hassan, spécialiste du monde arabe)

      2. 11 – 12 h 30 : Histoire coloniale du Moyen Orient (Marie Debs, membre du Bureau politique du Parti communiste libanais)

    ou Histoire d’Israël (Lucas Catherine, écrivain)

    1.  
      1. 15 – 16 h 30 : L'Europe et l'OTAN au Moyen Orient (Ludo De Brabander de l'’asbl Vrede)

      2. 17 – 18 h 30 : La situation actuelle au Liban, origines et perspectives (Marie Debs)


    24/08/08

    1.  
      1. 9 – 10 h 30 : Musulmans, « bons » et « méchants » (Mohamed Hassan)

      2. 11 – 12 h 30 : L'Iran face aux États-Unis (Marc Botenga, doctorant, et Pol De Vos)

      3. 14 – 15 h 30 : Conclusions: table ronde avec Marie Debs, Hamdan Aldamiri et Mohamed Hassan. Modérateur: Pol De Vos


    Prix : 60 €, cours et pension complète compris (50 € pour ceux qui s’inscrivent et paient avant le 2 juillet). Prix pour ceux qui ne logent pas sur place: 15 € par jour ou 12,50 € avant le 2 juillet. Facilités possibles pour les petits budgets.


    Inscriptions et information : www.marx.be ; e-mail : inem@marx.be ;
    tél : 32 (0)2 504 01 44


    23/08/08

    9 – 10 h 30 : Introduction sur le Grand Moyen Orient

    Pol De Vos et Mohamed Hassan donneront une introduction générale sur le Moyen Orient, à partir des contradictions internationales autour de cette région riche en matières premières.

    Nous examinerons les plans américains pour un Grand Moyen Orient et comment les États-Unis espèrent le garder sous leur contrôle.


    11 – 12 h 30 : Histoire coloniale du Moyen Orient

    Marie Debs nous rappellera les grandes lignes de l'’histoire du Moyen Orient, de 1458 à nos jours. Dans la seconde moitié du XIX° siècle, l’'empire ottoman céda une partie de son emprise sur l'’Orient arabe aux forces colonialistes les plus puissantes, la Grande Bretagne et la France. Quel fut leur rôle ? Quels ont été les enjeux de la création de l'’Etat d’Israël en Palestine ?

    Comment les révolutions nationalistes arabes (entre 1952 et 1958) ont-elles fait obstacle au nouveau colonialisme dans la région ? Quelles sont ses origines du projet du « Nouveau Moyen Orient » ?


    Ou

    11 – 12 h 30 : Les 60 ans d’'Israël

    L’'anniversaire d'’un État basé sur un nationalisme intolérant, sur le colonialisme et l'’apartheid. En Afrique du Sud l'’apartheid a commencé en 1950 avec l'’attribution de la plus grande partie des terres à la minorité blanche. En Palestine depuis deux ans Israël a accaparé la plus grande partie des terres comme exclusivement juive. Lucas Catherine nous dévoilera la vraie nature de l'’État juif.


    15 – 16 h 30 : L'Europe et l'OTAN au Moyen Orient

    Ludo De Brabander analysera les liens politiques et économiques entre l'’Europe et le Moyen Orient. Quelle est la place d'’Israël là-dedans ? Depuis peu, des pays européens sont aussi présents militairement dans la région : comment doit-on juger l’« intervention humanitaire » au Liban ? Les Etats-Unis ne veulent-ils pas entraîner les pays européens dans leur politique de domination du Moyen Orient ? L'’Europe suit-elle une orientation indépendante ou joue-t-elle la carte américaine ? Quel rôle l’OTAN veut-elle jouer ?


    17 – 18 h 30 : La situation actuelle au Liban : origines et perspectives

    Marie Debs nous expliquera l'’origine des quotas confessionnelles entre Chrétiens et Musulmans. Cette répartition du pouvoir politique est à la base de toutes les guerres civiles au Liban.

    La bourgeoisie a toujours recours aux divisions religieuses afin d’'asseoir son régime. Une telle situation ouvre toujours la voie large aux tutelles. Elle fausse les problèmes et, surtout, la lutte de classes.


    24/08/08

    9 – 10 h 30 : Musulmans, « bons » et « méchants »

    L'’Islam a mauvaise presse en Occident : les musulmans seraient des fanatiques, qui oppriment les femmes, prônent le terrorisme et veulent établir un État théocratique où règne la Charia. Mais est-ce vraiment cela qui dérange les puissances occidentales ? ou plutôt le fait que certains groupes de résistance (à Israël, à la domination US) puisent leur inspiration dans l'’Islam ? Mohamed Hassan nous guidera dans les différentes tendances de l’« Islam politique ».

    11 – 12 h 30 : L'Iran face aux États-Unis

    Les tensions incessantes entre l'’Iran et les Etats-Unis posent beaucoup de questions. La contradiction essentielle réside-t-elle dans la production possible d’'armes nucléaires ou s'’agit-il d’'autres intérêts ? Dans quelle mesure l'’Iran est-elle une menace pour les Etats-Unis et le reste du monde ? Comment fonctionne la société iranienne ? Quelle est la nature du régime iranien ? Des réponses avec Marc Botenga et Pol De Vos


    14 – 15 h 30 : Conclusions

    Table ronde avec Marie Debs, Hamdan Aldamiri et Mohamed Hassan. Modérateur: Pol De Vos

  • 11/07/2008: UCCLE-Belgique: FACE A L’AMBASSADE D’ISRAEL ...

    -------- Message original --------
    Sujet: TR: Rassemblement pacifique - vendredi 11 juillet 2008 - face à l'Ambassade d'Israël
    Date: Mon, 7 Jul 2008 12:15:20 +0200
    De: ABP <abp.eccp@skynet.be>


    1948-2008 :

    60 ANS DE DEPOSSESSION ET 40 ANS D'OCCUPATION

     

    L’Association Belgo-Palestinienne vous convie

    au  251ème rassemblement

    pacifique  et   silencieux

    le vendredi  11 juillet 2008

    de 12h30 à 13h30

     

    FACE A L’AMBASSADE D’ISRAEL

    40, avenue de l’Observatoire à Uccle

     

    Soyons nombreux

    sans trompette ni alicots autres que les

    officiels et ceux reprenant le nom des

    associations partenaires à ce rassemblement

     

    Soyons nombreux

    pour stigmatiser la non-application par Israël des résolutions des Nations Unies (dont la ES 10/15

    condamnant la construction du mur) et de la  IVème Convention de Genève

    et demander la fin du siège de Gaza

     

    Prochaines manifestations:

    8 août, 12 septembre, 10 octobre, 14 novembre et le 12 décembre 2008

     

     

     

    Association Belgo-Palestinienne

    9 quai du Commerce

    1000 Bruxelles

    tel: 02 223 07 56

    fax: 02 250 12 63

    @: abp.eccp@skynet.be

    www.association-belgo-palestinienne.be