28/09/2015

BRUXELLES: Je soutiens l'appel et signe le manifeste « MARCHE DE LA DIGNITÉ »

 
 
From: N.... Saïdi
Sent: Sunday, September 27, 2015 9:46 PM
Subject: Je soutiens l'appel et signe le manifeste « MARCHE DE LA DIGNITÉ »
 
En collaboration avec les personnalités et organisations de l’immigration et des quartiers populaires et/ou subissant le racisme

avec les soutiens nationaux

Together For Dignity - Association Genre et Migration  - Bruxelles Panthères - Azira's way - ESG (Engagés, Solidaires & Généreux) asbl - Comité FreeAli - Mouvement Citoyen Palestine - Groupe de réflexions Migrations et Luttes Sociales - Présences Noires - . . .

français

Acide (Agir contre les inégalités et les discriminations ethno-raciales - Association des marcheurs de 1983 - Association des travailleurs maghrébins de France - Association marocaine des Droits humains, section Paris/IDF - Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes - BDS France Paris - Brigade Anti-Négrophobie - Cases Rebelles - Collectif Afro-Fem - Collectif Ali Ziri - Collectif Citoyens - Collectif contre Exhibit B - Collectif des Féministes pour l'Égalité - Collectif des filles et fils d'Africains déportés - Collectif des Musulmans de France - Collectif James Baldwin - Collectif Stop le contrôle au faciès - Convergence Citoyenne Ivryienne - Droit à la différence - Éducation en héritage - Espoir et Fraternité Tsigane de Franche-Comté - Falsafa - Fédération des Musulmans du Sud - Femmes en lutte 93 - Ferguson in Paris - Fondation Frantz Fanon - Front Uni de l'Immigration et des Quartiers Populaires - La Voix des Rroms - Les Indivisibles - Les Peaux Cibles - Loc (Lesbians of color) - Mamans Toutes Égales - Mémoires en marche - Mwasi collectif - Parti des Indigènes de la République - Respaix Conscience Musulmane - Rez'O - Romano Godjako Truj - Urgence Notre Police Assassine - Zonzon 93

Sabreen Al Rassace (réalisatrice, militante) - Houda Asal (sociologue) - Djamel Atallah (ancien marcheur) - Baro Syntax (artiste) - Saïd Bouamama (sociologue) - Nadir Bouhmouch (cinéaste et photographe) - Francis Carole (professeur d'Histoire, Martinique) - Raphael Confiant (écrivain) - Kamel Djellal (président du Collectif Citoyens) - Daniel Dobat (professeur, Martinique) - Samia Errazouki (co-éditrice de Jadaliyya) - Esperanza Fernandez (artiste) - Joao Gabriell (militant, bloggueur) - Hamé (artiste, La Rumeur) - Malika Hamidi (sociologue, directrice du European Muslim Network) - Amadou Ka (président des Indivisibles) - Almamy Kanouté (militant associatif et politique) - Jessica Koumé (dont l'époux, Amadou Koumé, a été tué par la police en mars 2015) - Esse Lawson (comédienne) - Marwan Mohammed (sociologue) - Nakk (artiste) - Princess Érika (artiste) - Zahia Rahmani (écrivain) - Ali Rahni (militant associatif) - Saadane Sadgui (fondateur des JALB, Jeunes Arabes de Lyon et sa Banlieue) - Omar Slaouti (militant associatif) - Scred Connexion (groupe de rap) - Skalpel (artiste) - Youkoff (artiste) - Z.E.P (artiste)

et internationaux

Fight Racism Fight Imperialism (Royaume-Uni) - Center for Constitutional Rights (USA) - Ontario Coalition Against Poverty (Canada) - Salvage (Royaume-Uni) - Planners Network (Canada) - Institute for Critical Social Analysis at Rosa Luxemburg Stiftung (Allemagne) - Jacobin (magazine, USA) - Abolitionist Law Center (USA) - Community Justice Project (USA) - Democratic Socialism (membre de United Left coalition -Slovénie) - Muslim Identities and Cultures, University of California (Berkeley - USA) - Trayvon Martin Organizing Committee (USA) - Action Against Black Genocide (USA) - Red Thread (Guyana) - Planners Network International (Canada) - No One Is Illegal Toronto (Canada) - Toronto New Socialists (Canada) - Socialist project Toronto (Canada) - Aoki Center for the Critical Study of Race and Nation (UC Davis School of Law - USA) - US Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (USA) - Faculty For Palestine (Canada), Caribbean Philosophical Association (International) - Network for Police Monitoring (Royaume-Uni) - ATTAC/CADTM (Maroc) - Social Text (review - USA) - Human Rights Network (USA) - HDK (Halklarin Demokratik Kongresi/Congrès démocratique des peuples, Turquie)

Angela Davis (activiste américaine, professeure de philosophie) - Aminata Traoré (ancienne ministre de la Culture du Mali, écrivaine) - Tariq Ramadan (professeur d'études islamiques à Oxford) - Asma Lamrabet (directrice du centre d'études féminines en Islam, Maroc) - Marie Nassif-Debs (professeur à l'Université libanaise, présidente de l'association "Egalité-Wardah Boutros pour les Droits de la Femme") - Omar Radi (journaliste, Maroc) - Vince Warren (executive director, Center for Constitutional rights) - Gay J McDougall (Leitner Center for International Law and Justice) - Ramon Grosfoguel (professeur à l'Université de Berkeley) Monica Adams (Freedom Inc.) - Nouria Ouali (professeur, ULB - Belgique) - Sunaina Maira (Professor, University of California Davis, USA) - Rabab Abdulhadi (Professeur, Director AMED, San Francisco State University, USA) - Zillah Eisenstein (ecrivaine, militante, professeur, USA) - Nelson Maldonaro-Torres (professeur, ancien président de Caribbean Philosophical Association -USA) - Howard Winant (Professeur, Directeur UC Center for New Racial Studies, Santa Barbara -USA) - Minoo Moallem (professeur, University of California, Berkeley -USA) - Fatima El-Tayeb (Professeur, Director Critical Gender Studies, University of California, San Diego, USA) - Jin Haritaworn (Professeur, York University, USA) - Cei Bell (écrivain et artiste, USA) - Neferti Tadiar (professeur, Barnard College, USA) - Nivedita Menon (Professeur, Jawaharlal Nehru University, Inde) - Zulema Valdez (professeur, University of Calfornia, Merced, USA) - Kehaulani Kauanui (Professeur, Wesleyan University Middletown, USA) - Jacqueline Nassy Brown (Professeur, Hunter College and The Graduate Center, USA) - Norma Cantû (professeur, Latino/a Studies, University of Missouri, Kansas City, USA) - Roshanak Kheshti (Professeur, Ethnic Studies, University of California, San Diego, USA) - Sangeeta Ray (Professeur, University of Maryland College Park, USA) - Dina Siddiqi (Professeur, Brac University, Bangladesh) - Piya Chatterjee (Professeur, Chair Dpt. Feminist, Gender and Sexuality Studies, Scripps College - USA) - Sirma Bilge (Professeur, Universite de Montreal, Canada) - Sharad Chari (professeur, University of the Witwatersrand Johannesburg, Afrique du Sud) - Sheba Chhachhi (artiste, Inde) - Hatem Bazia (National Chair, American Muslims for Palestine, Senior Lecturer, UC Berkeley - USA) - Sima Shakhsari (professeur, Wellesley College, USA) - Tanya Boza (professeur, University of California, Merced, USA) - Patricia Penn Hilden (Professeur Emerita, Native American Studies, USA) - Norma Alarcon (Professeur Emerita, Chicana Studies, University of California, USA) - Nighat Said Khan (Executive Director ASR Resource Centre and Dean of Studies Institute of Women's Studies, Pakistan) - Nadine Nabor (professeur, University of Illinois -USA) - Pratibha Parmar (film maker, USA) - France Winddance Twine (professeur, University of California, Santa Barbara, USA) - Fouzieyha Towghi (Militante, Lecturer University of California Berkeley, USA) - Taru Dalmia (musicien, groupe The Ska Vengers -Inde) - Samara Chopra (musicienne, groupe The Ska Vengers -Inde) - Zakia Salime (Professeur de sociologie à l'Université de Rutgers, USA) - Angela Harris (professeur, University of California Davis School of Law, USA) - Suhraiya Jivraj (Senior Lecturer, Kent Law School, and activist, Royaume-Uni) - Soraya Tlatli (professeur, University of California Berkeley, USA) - Jaribu Hill (Mississippi Workers' Center for Human Rights, USA) - Ethel Brooks (Department of Gender Studies, Rudgers University, USA) - Jane Gordon (The Carribean Philosophical Association, USA) - Sunera Thobani (Critical Race and Postcolonial Feminist Theory Group, University of British Columbia, Canada) - Ruth Wilson Gilmore (professeur, Associate Director du Center for Place, Culture and Politics, University of New York, USA) - Maurice Moe Mitchell (membre du Black Lives Matter) - Geneviève Rail (Institut Simone-De Beauvoir, Concordia University, Canada) - Kristin Ross (essayiste, professeur de littérature comparée à la NY University)


À Bruxelles aussi, une Marche de la Dignité s'organise !

Rejoignez le mouvement !

Je soutiens l'appel et signe le manifeste « MARCHE DE LA DIGNITÉ »

À titre individuel :

Au nom de mon organisation :

Pour signer, envoyez vos coordonnées par mail à

marchepourladignitebxl@gmail.com


« MARCHE DE LA DIGNITÉ » 01 Novembre à Bruxelles

La présence quotidienne de policiers dans nos quartiers est une des principales causes d’insécurité pour les habitants des quartiers populaires. Les descentes massives de police se sont multipliées provoquant chez les habitants des quartiers le sentiment d’être «assiégés par des forces d’occupation ». Des incidents graves et répétitifs, liés à ces interventions policières, sont commis en toute impunité, souvent dans le cadre d’opérations dites « antiterroristes ».

Par le passé, à Forest (1991), Molenbeek (1995), Anderlecht (1997), des jeunes issus des quartiers populaires de Bruxelles s’étaient déjà heurtés avec violence aux forces policières.

Le 22 septembre 1998, la Nigériane de 20 ans, Semira Adamu, demandeuse d’asile, a été tuée lors de son expulsion, étouffée avec un coussin maintenu sur son visage par les policiers qui l’escortaient dans l’avion...

Le 28 août 2009, Khaled est frappé à coups de matraque, menotté et contraint de monter dans un fourgon de police. « Dis que tu es un sale macaque ou je frappe plus fort ! », s’écrie un policier. Khaled s’exécute. « Après je me sentais si humilié. Je regrette toujours, mais j’étais gagné par la peur », confiera le jeune homme traumatisé.

Durant l’hiver 2011-2012, Bruxelles fût le théâtre de manifestations belgo-congolaises protestant contre la réélection truquée de Joseph Kabila en RDC. Médias et pouvoirs politiques belges ont immédiatement qualifié ces manifs « d’émeutes » : une psychose sécuritaire et négrophobe s’est imposée sans tarder !

Les sœurs Cathy et Julie Mubenga, Belges d'origine congolaise, ont été violemment agressées par des policiers aux cris de « Dégage, sale pute ! Sale nègre ! Dégage ! »... Résultat : commotion cérébrale et hospitalisation pour l’une ; le traditionnel fourgon pour l’autre. « Dans le combis, ils m'ont tiré les cheveux, déchiré les vêtements, détruit mes lunettes. J'étais menottée, mais ça ne les empêchait pas de me frapper avec leurs matraques et ils n'arrêtaient pas de m'insulter : 'Tu vas voir, sale nègre ! Espèce de macaque, on va te faire retourner là-bas ! Tu mérites une balle comme les macaques' », affirme Cathy Mubenga... qui ne connaît pas du tout le jeune Khaled.

La mort suspecte du Belgo-marocain Youssef Tariki dans un commissariat de Charleroi et celle du Belgo-congolais Dieumerci Kanda dans une cellule d’un commissariat d’Anderlecht nous confirme que la police n’a pas le moindre respect pour l'humanité des communautés noires, arabes et/ou musulmanes de Bruxelles. Un mépris raciste démontré quotidiennement par l'utilisation excessive de la violence sous toutes ses formes (contrôles aux faciès, rafles, tabassages, etc.)

Le scandale Ali Aarrass - du nom de ce Belgo-marocain injustement accusé de « terrorisme », abandonné par l’Etat belge, extradé, puis incarcéré et torturé au Maroc depuis 5 ans - rappelle à chaque Belge d’origine africaine que le racisme d’Etat peut briser sa vie à tout

Les cas que nous venons de décrire ne sont que quelques exemples de violences policières commises à Bruxelles. Avec en ligne de mire, cette règle immuable : on n’échappe pas à un large spectre de violences institutionnelles lorsqu'on fait partie des minorités racisées.

Il est temps de dire « Assez » à ces abus que nous avons subi et subissons encore !

Aujourd'hui, comme il y a 30 ans, comme il y a 10 ans, loin d'avoir renoncé à ses comportements passés, l'État belge ne sait que renforcer tous ses dispositifs de surveillance et de répression. En plus des conditions sociales toujours plus déplorables, le harcèlement des populations des quartiers, leur humiliation, constituent le quotidien pour les Noirs, les Arabes, les Rroms, les Blancs des quartiers. Dans ce paysage dévasté, le crime policier n'est jamais fortuit. Il est l'aboutissement de toute la logique d'un État qui n'a pour nous que désintérêt et mépris.

Le crime policier est l'expression achevée du racisme d'État. C'est celui-ci qui conditionne des fonctionnaires puissamment armés à passer à l'acte, c'est lui qui les dispense de réfléchir au moment tragique, qui leur donne le temps de se saisir de leur arme, d'ajuster et de tirer à mort ou d'écraser la poitrine et la gorge de leur proie sous la clef d'étranglement.

Le message implicite que délivre le crime policier est simple. "Non seulement vous n'êtes pas des êtres humains comme les autres, mais avec vous nous pouvons aller jusqu'à la mise à mort et les meurtriers sont assurés de l'impunité". À ce jour, rarissimes sont les procès ayant abouti favorablement. Le crime policier n'est jamais un homicide involontaire, il n'est jamais gratuit, il est là pour répandre la consternation, la désolation dans les cœurs et les esprits
des familles endeuillées, pour nous faire renoncer à être traités comme des êtres humains. Il n'épargnera personne, il est là pour nous terroriser.

C'est pourquoi comme il y a 30 ans, comme il y a dix ans, contre l'humiliation quotidienne, contre le mépris, contre l'islamophobie, la négrophobie, la rromophobie, galopantes, contre les crimes policiers, s'impose une nouvelle marche : la marche de la dignité. Notre réaction puissante, organisée, confiante est la seule façon d'enrayer notre écrasement collectif annoncé.

Voilà pourquoi, en écho à celle de Paris, nous vous convions à une MARCHE POUR LA DIGNITE à Bruxelles ! Une marche contre l’humiliation quotidienne, contre l’islamophobie, la négrophobie, la rromophobie et contre les crimes policiers.

Notre mobilisation digne, puissante, déterminée est l’unique façon d’enrayer notre écrasement collectif annoncé. C’est à cette Marche, que nous souhaitons historique, que nous vous convions le 1 er novembre prochain à 14h, au départ de Stalingrad.

=================================================================

· La Marche de la Dignité aura lieu à Paris le 31 Octobre 2015.

· A Bruxelles, une autre Marche aura lieu le 01 Novembre 2015

· Rendez-vous à Stalingrad à 14h pour rejoindre le Palais de Justice.

· Collectifs, associations de quartiers : rejoignez le mouvement !

· Mobilisons-nous pour faire de cette Marche un événement historique !

Je soutiens l'appel et signe le manifeste « MARCHE DE LA DIGNITÉ »

À titre individuel :

Au nom de mon organisation :

Pour signer, envoyez vos coordonnées par mail à

marchepourladignitebxl@gmail.com

 
 

18:24 Écrit par Roge Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.