04/02/2014

BRUXLLES: Crembo: handen af van / Touche pas à Vredesactie

s
Répression, démocratie, liberté, Justice: c’ est en EURO-DICTATURE capitaliste .... On ne peut laisser faire !
RoRo
 
Sent: Tuesday, February 4, 2014 3:50 PM
Subject: Crembo: handen af van / Touche pas à Vredesactie
 

Beste, Chèr(e),

Intal lance un appel afin qu’on soit présent au palais de justice de Bruxelles dès le premier jour du procès contre Vredesactie, c’est-à-dire le jeudi 6 février 2014 à 13h30. Pendant que les avocats plaideront à l’intérieur, nous, à l’extérieur, défendrons le droit à la liberté d’expression.
http://www.intal.be/fr/article/touche-pas-vredesactie-cre...

Intal roept op om op donderdag 6 februari 2014 om 13u30 naar de eerste procesdag tegen Vredesactie in het justitiepaleis in Brussel te komen. Terwijl binnen de advocaten pleiten, verdedigen wij buiten het recht op vrije meningsuiting.
http://www.intal.be/nl/article/handen-af-van-vredesactie-...

intal-gmo

gmo@intal.be - www.intal.be - www.facebook.com/intal.be


Uitschrijven van deze mailinglist
www.intal.be, 02/209.23.50, info@intal.be
Haachtsesteenweg 53
Brussel 1210
Belgium
 

Touche pas à Vredesactie, Crembo!

6 février: action devant le palais de justice de Bruxelles


Le 6 février, débute à Bruxelles un procès en correctionnel contre nos amis de Vredesactie (Action pour la paix). Intal est choqué par la façon dont le ministre de la Défense Pieter De Crem veut limiter le droit de mener des actions et la liberté d'expression.


Tout cela a commencé par une action non violente en 2008, au cours de laquelle, à l’aide de peinture de théâtre inoffensive (du « sang »), le ministère de la Défense, à Bruxelles, avait été rebaptisé ministère de la Guerre. Les activistes n’avaient même pas eu l’occasion, comme il était prévu, de nettoyer cette peinture facilement lavable qu'ils s’étaient déjà fait embarquer.

Aujourd’hui, De Crem veut imputer « les frais de nettoyage » à Vredesactie. Rien de plus normal, diriez-vous. Non : il s’agit de bien plus qu’une innocente application du proverbe « qui casse paie ».

Quels dégâts ?

« Le ‘sang’ aurait tout aussi bien pu disparaître sous la pluie », explique Vredesactie, « mais le ministre De Crem a immédiatement appelé quelques militaires pour nettoyer vite fait bien fait le tout au kärcher. Ce que De Crem voulait surtout éviter, c’était de voir son image de marque endommagée. Mais le fait que l’image de marque d’un ministre peut être flétrie par la liberté d’expression est précisément le propre de la liberté d’expression. On ne peut toutefois y lier des poursuites judiciaires. Si le ministère de la Défense dépense 200 euros pour nettoyer du sang de théâtre, le mieux, c’est qu’il l’impute à son budget de relations publiques. »

« À la demande du ministre De Crem, le parquet a dû se charger pendant cinq ans de la composition d’un dossier (faiblard) dans lequel les dommages encourus par le demandeur (200 euros) sont en contraste flagrant avec le temps investi dans l’enquête. Par contre, du fait des poursuites judiciaires, Vredesactie court le risque de se voir infliger une sévère amende ainsi qu’une interdiction possible de participer à un certain nombre d’activités, voire une dissolution complète de son organisation. Une limitation douloureuse et honteuse du droit à la liberté d’expression et l’amputation d’une partie de la démocratie », ajoute Vredesactie.

Vous découvrirez plus d’informations sur le procès en question  en cliquant sur ce lien.
 

Déclaration de soutien

Intal estime que ce procès est un véritable scandale. Il s’inscrit dans une évolution dangereuse dans laquelle les mouvements sociaux, la mise en place d’actions et la liberté d’expression sont de plus en plus criminalisés. C’est pourquoi intal signe la déclaration de soutien en faveur de Vredesactie :

« La citation en correctionnel de Vredesactie s’ajoute à une liste d’exemples dans lesquels les autorités et les entreprises répondent de plus en plus à l’action sociale par des poursuites en justice. Ces façons de procéder constituent une forme d’intimidation.
Du fait de ces poursuites judiciaires, Vredesactie court le risque d'une forte amende, d’une interdiction possible de participer à un nombre d’activités et même d’une dissolution de son organisation.
Outre l’introduction des amendes SAC et des requêtes unilatérales, ce procès constitue un exemple clair de limitation du droit fondamental à la liberté d’expression. Le fait que des actions non violentes d’un mouvement pour la paix soit criminalisées, cela porte par conséquent également atteinte à l’espace démocratique pour fonctionner en tant que mouvement pour la paix.
Nous lançons un appel à tous les juristes et décideurs politiques de ce pays : respectez le droit fondamental à la liberté d’expression. Ramener des actions non violentes à des questions de droit pénal restreint le débat sociétal et met notre démocratie en danger. »

Action

Intal lance un appel afin qu’on soit présent au palais de justice de Bruxelles dès le premier jour du procès, c’est-à-dire le jeudi 6 février 2014 à 13 h 30. Pendant que les avocats plaideront à l’intérieur, nous, à l’extérieur, défendrons le droit à la liberté d’expression.

21:44 Écrit par Roge Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.