Fw: SANS PAPIERS: lettre d'informations du 16/04/13

 
 
From: CSP59
Sent: Tuesday, April 16, 2013 9:19 AM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: Fw: SANS PAPIERS: lettre d'informations du 16/04/13
 
 
 
From: CSP59
Sent: Tuesday, April 16, 2013 9:15 AM
Subject: SANS PAPIERS: lettre d'informations du 16/04/13
 
 

Bonjour,

lettre d'informations du 16/04/13

------------

 

1 - LE MINISTRE DE L’INTERIEUR M. VALLS DOIT RESPECTER LE DROIT CONSTITUTIONNEL DE MANIFESTER !

2 - RELEVE DES CONCLUSIONS DE LA REUNION FONDATRICE DE L’UNION NATIONALE DES SANS PAPIERS

3 - Déclaration du 13 avril 2013 : L’Unité des Sans Papiers en marche

4 - Appel mobilisation 19/04 jugement délit de solidarité Marie soutien sans-papiers

5 - calendrier assemblée nationale

6 – Violences policières à Calais : l’insupportable déni du ministère de l'Intérieur (communiqué collectif)

7 – Val d'Oise (95) : rencontre festive

8 – Belgique: arrivée de la marche à Bruxelles mardi 16/04

9 – Université de Saint Denis: jeudi 18/04, 13H30, manifestation devant la sous préfecture de Saint Denis

 

------------------------------------

Université de Saint Denis: jeudi 18/04, 13H30, manifestation devant la sous préfecture de Saint Denis

 

Lille: tous les mercredi 18H30, manifestation place de la République

Paris: VENDREDI 19 AVRIL PROCHAIN : RASSEMBLEMENT A REPUBLIQUE À 12H Place J. Strauss

Argenteuil: Samedi 20 Avril 2013 Rencontre festive de 14h30 à 17h, A la Maison des jeunes et de la culture, 7 rue des Gobelins - Argenteuil

--------------------------------------------

1 - LE MINISTRE DE L’INTERIEUR M. VALLS DOIT RESPECTER LE DROIT CONSTITUTIONNEL DE MANIFESTER !

Comité des Sans Papiers 59 (CSP59)

42 rue Bernos 59000 Lille - tel : 0680575061 - e-mail : csp59@wanadoo.fr - infos : leblogducsp59.over-blog.com

Matraquage policier des manifestants du 9éme Collectif des Sans Papiers

LE MINISTRE DE L’INTERIEUR M. VALLS

DOIT RESPECTER LE DROIT CONSTITUTIONNEL DE MANIFESTER !

Nos camarades du 9éme Collectif informent : « Samedi 13 avril 2013, pour la cinquième fois depuis le 9 février, le 9ème collectif des sans-papiers a appelé à une manifestation déclarée en Préfecture en bonne et due forme depuis le 9 avril, de la place de la Bastille à la place Léon Blum, passant par la rue de la Roquette à proximité du domicile du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. À chaque fois, nous aurons été confrontés à un dispositif policier spectaculaire bloquant l'ensemble du quartier, mobilisant largement plus de gendarmes que de manifestants. Les trois premières fois, le cortège aura néanmoins pu passer rue de la Roquette sur le parcours prévu. Samedi dernier, le 6 avril, la manifestation a été bloquée place de la Bastille puis refoulée vers le métro. Aujourd'hui, les manifestants ont été violentés dès le départ de la manifestation, frappés, poussés violemment, jetés sur des scooters stationnés. Un blue jean aura été carrément déchiré, plusieurs manifestants ont été brutalement matraqués, alors même qu'il y avait parmi eux des enfants en bas âge, y compris des bébés en poussette. Tout ceci se sera déroulé sous les yeux des passants, nombreux en ce samedi après-midi place de la Bastille, particulièrement choqués par ces violences contre des manifestants pacifiques et plus qu'étonnés par ce déploiement de force arbitraire, manifestement injustifié. Ces événements se seront produits en présence d'un huissier de justice auquel le 9ème collectif avait fait appel pour constater l'entrave au droit de manifester. Ce dernier a ainsi pu dresser un constat dont l'objet est d'enclencher une procédure devant les tribunaux ».

Le CSP59 dénonce avec la plus grande force ces atteintes liberticides au droit de manifester et à la constitution qui le permet.

Au lieu d’empêcher par les violations systématiques et répétées la visibilité revendicative des sans papiers et donc les forcer à la clandestinité, le gouvernement ferait mieux de s’occuper des patrons fraudeurs du fisc et des délinquants fiscaux contre lesquels les sans papiers ne cessent de se battre pour le droit au travail légal dans la dignité.

Le CSP59 appelle à la solidarité active de tous les CSP à nos camarades du 9éme Collectif et suivra de près la suite de l’acte du constat d’huissier établi lors du matraquage inacceptable de la manifestation des sans papiers du 9éme Collectif.

Bon courage à nos camarades, tenez bon, la victoire est au bout de la lutte !

15/04/13

Le 14 avril 2013 20:29, bahija BENKOUKA <benkouka@hotmail.com> a écrit :



Communiqué du 9ème collectif
Manuel Valls sort la matraque
Violences contre des sans-papiers manifestant pour leur régularisation
Samedi 13 avril 2013, pour la cinquième fois depuis le 9 février, le 9ème collectif des sans-papiers a appelé à une manifestation déclarée en Préfecture en bonne et due forme depuis le 9 avril, de la place de la Bastille à la place Léon Blum, passant par la rue de la Roquette à proximité du domicile du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.
À chaque fois, nous aurons été confrontés à un dispositif policier spectaculaire bloquant l'ensemble du quartier, mobilisant largement plus de gendarmes que de manifestants. Les trois premières fois, le cortège aura néanmoins pu passer rue de la Roquette sur le parcours prévu. Samedi dernier, le 6 avril, la manifestation a été bloquée place de la Bastille puis refoulée vers le métro.
Aujourd'hui, les manifestants ont été violentés dès le départ de la manifestation, frappés, poussés violemment, jetés sur des scooters stationnés. Un blue jean aura été carrément déchiré, plusieurs manifestants ont été brutalement matraqués, alors même qu'il y avait parmi eux des enfants en bas âge, y compris des bébés en poussette.
Tout ceci se sera déroulé sous les yeux des passants, nombreux en ce samedi après-midi place de la Bastille, particulièrement choqués par ces violences contre des manifestants pacifiques et plus qu'étonnés par ce déploiement de force arbitraire, manifestement injustifié. Ces événements se seront produits en présence d'un huissier de justice auquel le 9ème collectif avait fait appel pour constater l'entrave au droit de manifester. Ce dernier a ainsi pu dresser un constat dont l'objet est d'enclencher une procédure devant les tribunaux.
Nous dénonçons ces violences et cette atteinte intolérable au droit de manifester, droit fondamental en démocratie.
Le 9ème collectif appelle à une nouvelle manifestation, samedi prochain, le 20 avril à 14h30 au même endroit, pour protester contre les violences envers les manifestants, exiger le respect du droit de manifester, et pour dénoncer la politique gouvernementale envers les sans-papiers et les roms.
Rappelons que Manuel Valls est l'auteur d'une circulaire, en date du 28 novembre 2012, qui durcit considérablement les conditions de régularisation. Sous sa direction le nombre d'expulsions, déjà extrêmement élevé sous le précédent gouvernement de droite, aura explosé, atteignant 36800 pour l'année 2012. De même les expulsions de campements de roms se multiplient dans une proportion jamais vue, et dans des conditions toujours plus scandaleuses.
Nous appelons tous les citoyens, collectifs et organisations éprises de justice et de liberté à se joindre à cette manifestation, samedi 20 avril 2013, à 14h30, à la Bastille (sortie rue de la Roquette).
9ème Collectif des sans-papiers
21 ter, rue Voltaire
75011 PARIS
www.9emecollectif.net
9eme_collectif@no-log.org

2 - RELEVE DES CONCLUSIONS DE LA REUNION FONDATRICE DE L’UNION NATIONALE DES SANS PAPIERS(UNSP)

 

CSP présents au Foyer Saint Just dans le Paris 17éme : CSP75/Ministère de la Régularisation de tous les sans papiers, CSP75Bd Strasbourg, CSP9éme, CSP17, Collectif Etudiants Etrangers Paris 8, Droits Devant, CSP77, CSP92, CSP93, CSP94, CSP95, CSP59.

Ordre du Jour :

1) Quelle base et structuration de l’unité des CSP ?
2) Perspectives de mobilisation sur l’année 2013
3) Questions diverses
Tous les présents ont souligné le rôle fédérateur du mouvement « Faut-il mourir pour avoir des papiers » (FMAP) qui a structuré la mobilisation solidaire des CSP, des Associations issues de l’immigration et organisations progressistes aux grévistes de la faim sans papiers du CSP59.
La CSP75/Ministère de la régularisation de tous les sans papiers/Coalition internationale des sans papiers a rendu compte du blocage au port de Tunis de la caravane des sans papiers qui se rendait au Forum social Mondial (FSM) et du retour organisé de celle-ci à Paris.
Chaque CSP s’est prononcé sur le besoin et la nécessité de l’unité des CSP en vue de créer le rapport des forces indispensable pour contraindre le pouvoir socialiste au « changement maintenant » par une vraie rupture avec la politique xénophobe et raciste de la droite extrême que le peuple a chassé par les urnes il y a un an.
Les CSP ont décidé pour réaliser cet objectif de fonder l’Union nationale des Sans Papiers (UNSP) :
- Sur la base du principe démocratique un CSP=une voix, de la mise en place d’un bureau exécutif provisoire collégial ouvert aux CSP absents et la revendication fondamentale de la régularisation de tous les sans papiers avec une carte de résident de 10 ans ;
- Une charte et des règles de fonctionnement des instances démocratiques de l’UNSP seront élaborées et soumis à adoption à l’Assemblée Générale ;
- Un programme d’action à été adopté qui se décline selon les points forts suivants :
- Grande manifestation nationale à l’occasion du 17éme anniversaire du coup de hache de Saint Bernard suivi d’un concert au tour du 23 août
– Marche du Grand Paris des CSP d’Île de France et de marches régionales dans les provinces début septembre sur un mois
– Manifestation itinérante en Région parisienne dès maintenant visant à la fois les préfectures pour notamment inciter à la création de nouveaux CSP et une fois par mois mobilisation commune visant le Ministère de l’intérieur
- Grande Manifestation nationale à Paris en décembre à l’occasion du 30éme anniversaire de la marche pour l’Egalité, une affiche avec les mots d’ordre « régularisation de tous les sans papiers avec carte de 10 ans et droit de vote à l’immigration, abrogation des lois racistes » doit être réalisée.
- Mandat a été donné au CSP59 pour œuvrer à l’organisation d’une rencontre avec la CGT, le mouvement syndical et associatif pour échanger nos analyses de la situation actuelle et les convergences permettant l’unité d’action des CSP, des syndicats et des Associations au plan national.
- Ensuite en présence des organisations suivantes – FMAP, ATCR, FUIQP, Droits Devant, Solidaire/campagne stop au racket des sans papiers, NPA, FASTI, ATMF, DIEL, il a été convenu que l’UNSP :
- mobilise massivement à Paris et partout en France les CSP dans une cortège commun au défilé du 1er mai des syndicats et des l’ensemble des travailleurs pour réaffirmer en ces temps de crise que la lutte pour la régularisation, c’est aussi la lutte contre la casse du code du travail et la liquidation en cours des conquêtes sociales
– participe massivement à Paris à l’action de dépôt des fiches d’impôts des sans papiers à Bercy au Ministère des Finances
– examine dès la réunion de bureau exécutif provisoire de ce mardi 16 avril l’organisation d’une mobilisation de tous les CSP à l’occasion du « débat sans vote sur l’immigration de travail et les étudiants » à l’Assemblée nationale le 16 avril et au Sénat le 23 avril.
Fait à Paris le 13 avril 2013

3 - Déclaration du 13 avril 2013 : L’Unité des Sans Papiers en marche

Les comités et collectifs de Sans Papiers réunis le 13 avril 2013 se félicitent du processus vers l’unité enclenché depuis l’organisation commune d’actions de soutien à la grève de la faim de Lille. Les collectifs présents s’entendent pour :
1°) Dénoncer la circulaire Valls qui laisse sur le bord du chemin la plupart des sans-papiers,
2°) Fonder l’UNSP (Union Nationale des Sans Papiers) regroupant l’ensemble des collectifs de sans-papiers comme cadre unitaire de notre lutte pour la dignité et l’égalité,
3°) Se doter d’une plate-forme commune ayant comme revendication centrale « la régularisation de tous les sans-papiers avec la carte de dix ans »,
4°) De se revoir mensuellement pour consolider et bâtir l’UNSP,
5°) Appeler les forces et organisations politiques, syndicales et associatives à renforcer le mouvement FMAP ( Faut-il Mourir pour Avoir des Papiers) comme cadre unitaire de la solidarité active avec la lutte des collectifs de Sans Papiers,
6°) Prendre contact avec les syndicats et associations afin d’enclencher le dialogue permettant de dépasser les écueils pouvant freiner les mobilisations communes et mandater le CSP 59 pour cette mission,
7°) Appeler les Sans Papiers non encore organisés à se regrouper en collectif partout où cela est possible. L’UNSP s’engage à les y aider selon les moyens qui sont les siens,
8°) Organiser des actions de mobilisations nationales permettant d’assurer la visibilité de notre mouvement et la consolidation de l’UNSP ; Deux premières actions nationales sont décidées :
- La commémoration de l’anniversaire du sinistre coup de hache de saint Bernard de 1996 par une marche et un grand concert public autour de la date du 23 août;
- L’organisation à l’occasion du trentième anniversaire de la « Marche pour l’Egalité et contre le Racisme » en décembre 2013 d’une mobilisation nationale autour de deux mots d’ordres : régularisation de tous les sans-papiers avec la carte de dix ans et droit de vote pour les résidents étrangers.
Toutes nos expériences et luttes passées sont un patrimoine commun qui nous renforcent
Toutes nos divisions nous affaiblissent
Faisons vivre et grandir l’UNSP
Paris Foyer Saint Just le 13/04/13

From: coordination75@yahoo.fr
4 - Appel mobilisation 19/04 jugement délit de solidarité Marie soutien sans-papiers

APPEL A MOBILISATION POUR MARIE, SOUTIEN DES SANS PAPIERS, POURSUIVIE POUR DELIT DE SOLIDARITE

L'audience pour le jugement en appel pour délit de solidarité de Marie de St Phalle, soutien des sans papiers et de la CSP75, a été fixée au :
vendredi 19 avril 2013 à 13h30,
Palais de Justice de Paris - Pôle 2 - Chambre n° 9

LA CSP75 appelle tous les sans papiers, les soutiens, les collectifs, les associations, les partis, toutes les organisations…à venir soutenir au tribunal Marie, poursuivie pour délit d'aide au séjour.

RDV VENDREDI 19 AVRIL PROCHAIN :
RASSEMBLEMENT A REPUBLIQUE À 12H Place J. Strauss
_____________________________________

 

5 - calendrier assemblée nationale

 

 

 

Je suis parvenue à trouver (enfin!) la feuille de route des députés, quant au projet de loi sur l'ESR. En pièce jointe.
Débat le 16 avril, sur une "loi de rénovation des statuts, conditons d'entrée et de sortie des étudiants étrangers", à l'Assemblée nationale. Au programme : une augmentation des droits de scolarité, un titre de séjour prolongé si vocation professionnelle, une présélection plus exigeante, et la création de bourses d'excellence si billet de retour.
Dès que j'en sais plus, j'envoie rapidement les info' !
Priss,

 

6 – Violences policières à Calais : l’insupportable déni du ministère de l'Intérieur (communiqué collectif)

 

Association européenne pour la défense des droits de l'homme (AEDH) - Auberge des migrants (Calais) - Calais Migrant Solidarity - Collectif de soutien des exilés Paris - Fédération des associations de solidarité avec les travailleur·euse·s immigré·e·s - Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) - Fraternité Migrants bassin Minier 62 - Groupe Accueil et Solidarité (GAS) - Groupe d'information et de soutien des immigré·e·s (GISTI) - Itinérance Cherbourg - Ligue des droits de l'homme (LDH) - Marmite aux idées (Calais) - Migreurop - Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) - Réseau euro-méditerranéen pour les droits de l'homme (REMDH) - Salam Nord/Pas-de-Calais - Syndicat de la magistrature (SM) - Terre d'errance Norrent-Fontes - Terre d'Errance Steenvoorde




Harcèlement policier des migrants à Calais constaté par le Défenseur des droits

L’insupportable déni du ministère de l’Intérieur



La réponse du ministère de l’Intérieur à la décision du 13 novembre 2012 du Défenseur des droits sur le harcèlement policier et les violations de droits dont sont victimes les migrants de Calais depuis de nombreuses années, vient d’être rendue publique : quatre mois pour ça …

Le Défenseur des droits, au terme d’une enquête de plus d’un an, avait relevé :

- des contrôles d'identité, des interpellations et des conduites au commissariat de Coquelles [siège de la PAF, à cinq ou six kilomètres de Calais, distance qu'il faut parcourir à pied pour revenir en ville] sur une même personne dans un délai rapproché ;
- des interventions policières à proximité des lieux de repas et de soins ;
- la conduite à Coquelles, dans des véhicules de police, de groupes parmi lesquels figurent des étrangers en situation régulière dont des demandeurs d'asile, ce qui constitue une atteinte à une liberté d'aller et venir ;
- des visites répétées sur des lieux de vie, à toute heure du jour et de la nuit, ainsi que des comportements policiers individuels de provocations ou d'humiliations des migrants ;
- des destructions de dons humanitaires et d'effets personnels ;
- des expulsions de migrants de leurs abris hors de tout cadre juridique.


Ce harcèlement permanent, mis en œuvre depuis la destruction du camp de Sangatte en 2002 relève, à la lecture de la réponse du ministère de l’Intérieur, du fantasme de quelques- uns, voire de la calomnie : « Les faits évoqués dans votre décision, objecte-t-il, reposent essentiellement sur des déclarations de responsables d'associations rapportant des propos non vérifiables et concernant des faits anciens qu'aucun élément objectif ne peut soutenir aujourd'hui. Seule une minorité des organisations associées à la saisine sont d'ailleurs effectivement présentes et actives auprès des migrants dans le Calaisis ».

Le ministère de l’Intérieur serait même particulièrement attaché « au respect de la loi par les agents placés sous son autorité », « à l’exécution des décisions de justice » et spécialement attentif « à la qualité des relations entre les forces de l’ordre et la population » ; et d’ailleurs, désormais, « les services de police invitent les associations à se joindre aux opérations d'expulsion pour assister les migrants ».

Ainsi, non seulement l’enquête menée par les services du Défenseur des droits serait insignifiante, voire partiale, mais la vingtaine d'organisations à l'origine de la saisine du Défenseur des droits en juin 2011 seraient coupables de dénonciations mensongères ? Comme le seraient aussi probablement le Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe1, les auteurs des rapports circonstanciés de la Coordination nationale du droit d'asile (CFDA)2, du réseau Migreurop3, ou encore ceux ayant réalisé l'enquête commune du Réseau Euro-Méditerranéen pour les Droits de l'Homme en collaboration avec l’Association européenne pour la défense des droits de l’homme (AEDH), la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM)4 ?

A moins que, principalement soucieux de lutter « avec efficacité » contre l’immigration irrégulière et d’empêcher « la reconstitution dans le Calaisis de squats et de campements sauvages », le ministre de l’Intérieur - allant jusqu’à oser suggérer que les étrangers seraient eux-mêmes responsables des dérives constatées, tels ces contrôles d’identité à répétition qui ne seraient que la conséquence de leurs déplacements incessants dans une même journée ! – n’ait choisi de ne pas voir et de nier une réalité inacceptable.

Le rapport du Défenseur des droits, accablant pour les forces de police, méritait mieux qu’un simulacre d’enquête de l’IGPN et les réponses indigentes d’un directeur de cabinet.

La situation de ces migrants, qui ne sont là que parce qu’ils fuient guerre et insécurité dans leur pays et viennent à la recherche d'une protection, mérite mieux que quelques aménagements humanitaires de pure apparence.

Quelques réunions ou un code de déontologie qui peine à voir le jour ne mettront pas un terme aux dérives policières dans le Calaisis. Un ministre d’Etat se serait honoré de tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur les agissements dénoncés par le Défenseur des droits et faire primer, en toutes circonstances, les valeurs de notre démocratie.
________________

7 – Val d'Oise (95) : rencontre festive

 

From: michelle.schneerson@wanadoo.fr

Subject: CSP 95 INVITATION REU SANS PAPIERS 20 AVRIL

 

Réseau Education Sans Frontières – Collectif de soutien à la lutte des sans papiers du Val d’Oise

Invitation aux Sans Papiers et à leurs soutiens

Samedi 20 Avril 2013

Rencontre festive de 14h30 à 17h

A la Maison des jeunes et de la culture

7 rue des Gobelins - Argenteuil

Chacun apporte quelque chose à boire ou à manger.

Un compte-rendu de la réunion du 13 avril où s’est créé L’union nationale des Sans Papiers vous sera donné.

_______________________________

8 – Belgique : arrivée de la marche à Bruxelles mardi 16/04

 

Accueil à Bruxelles de la Marche de Solidarité avec ET sans papiers !

 

Place Houwaert  / Bruxelles
près de la place St Josse

bus 59, 61

 

Mardi 16 avril à 16h

 

 

 

Les marcheurs arrivent à Bruxelles !

 

Rassemblons-nous place Houwaert pour les accueillir et faire du bruit dans le quartier après 27 km de marche au départ de Leuven et marchons avec eux jusqu'à Molenbeek.

 

S'en suivra une cuisine populaire et soirée au Vaartkapoen (Schoolstraat, 76) avec présentation de la marche, cuisine populaire, bar et musique.

 

Cela fait dix jours que plus de 60 migrants avec ET sans papiers traversent le pays : Gent, St Niklaas, Antwerpen, Liège, Leuven...

 

La marche atteint son but: visibilité, rencontres, discussions, débats et un accueil extraordinaire partout. Beaucoup ont rejoint la marche au départ des différentes villes. Une lutte collective semble bien débuter à travers tout le pays !

 

Ils arrivent à Bruxelles ce 16 avril pour trois jours d'ateliers, débats, manifestations, assemblées, rencontres...

 

C'est le moment de soutenir et participer à cette initiative, d'écouter toutes les idées qui ont germé lors de leur marche pour continuer la réflexion sur la lutte.

 

Continuons à faire exister la problématique des politiques migratoires. Bougeons-nous!


Soutenons-les tout le long de leur passage à Bruxelles et participons notamment jeudi 17 avril :

  • 14h : atelier autour de la répression et les centres fermés à 14h à Het Anker (rue Marcq 25, proximité Ste Catherine)

  • 17h:  Grande Assemblée populaire à Stalingrad

Et continuons à les accompagner et à les soutenir à La Louvière, où ils vont participer à la manifestation pour les migrants organisée par les associations de cette ville.

 

Toutes les infos: http://marchebelgique.wordpress.com/programme-programma/

 

 

9 – Université de Saint Denis : jeudi 18/04, 13H30, manifestation davant la sous préfecture de Saint Denis

Cher/ères camarades, cher/ères ami/es,

 

pour rappel ou pour info, ce jeudi, le 18 avril, nous appelons à une manifestation bruyante, colorée et musicale pour exiger la régularisation des étudiantes et étudiants sans-papiers de l'université de Paris 8, et bien sûr, la régularisation de tous les sans-papiers.

Rdv à 13h30, à l'entrée de l'université de Saint-Denis (métro 13, saint-denis université).

Nous nous dirigerons ensuite vers la Sspréfecture de Saint-Denis.

 

Venez nombreux/ses à ce rassemblement de soutien!!

 

Merci de faire suivre l'information...



Solidarité avec les étudiant-e-s sans-papiers !

Régularisation maintenant !

Jeudi 18 avril 2013, rassemblement de soutien devant la sous-préfecture de Saint-Denis. (manifestation autorisée en Préfecture = aucun risque d’arrestation)

Départ collectif de l’université Paris 8 13h30 entrée de la fac

Depuis plusieurs mois, de nombreux-ses étudiant.e.s sans papiers de paris 8 ont constitué des dossiers de demande de régularisation. Suite à la mobilisation du collectif des étudiant-e-s étranger-e-s de Paris 8, en décembre 2012, la présidence s'est engagée à prendre en charge la constitution d'une partie des dossiers et le dépôt collectif en Préfecture. Aujourd'hui, plus de 200 dossiers de demande de régularisation dorment actuellement sur les bureaux de la présidence de l’université. Ils n'ont en effet toujours pas été déposés en Préfecture. Nous en avons marre d’attendre, il est temps d’agir, de faire pression afin que les demandes aboutissent. Alors que la présidence a fait miroité les étudiant-e-s sans-papiers de Paris 8 sur une possible demande de régularisation, en son propre nom, ses engagements ne sont aujourd'hui pas suivis d'effets. La présidence n’a toujours pas obtenu de rendez-vous avec les Préfectures et n'a toujours pas donné de date de dépôt. Or, l’année universitaire touche à sa fin ! Nous voulons désormais des réponses claires et des engagements précis.

Nous souhaitons par ailleurs être associés aux négociations avec les Préfectures, chose que la présidence refuse jusqu’à aujourd’hui. Pourquoi les principaux-ales intéressé.e.s seraient exclu.e.s de discussions les concernant directement ?

N’attendons pas que la présidence s’endorme sur nos dossiers !

Exigeons des rendez-vous immédiats auprès des Préfectures !

Régularisation des étudiant/e/s sans-papiers !

------------------

Le CEEP8

Constitué au début de l’année universitaire 2012-2013, le collectif des étudiant-e-s étranger-ère-s de Paris 8 (CEEP8) a pour objectif d’améliorer radicalement les conditions de vie, d’accueil et d’études de toutes celles et tous ceux qui n’ont pas le privilège de bénéficier des circuits élitistes de la mobilité étudiante mondiale (Accords universitaires entre pays occidentaux, Erasmus, Campus France, Visas obtenus par réseaux diplomatiques...). Le collectif part du principe que l'accès aux études et l'égalité des droits doivent être garanties à toutes et à tous. Or, les critères d’attribution du titre de séjour étudiant sont chaque année sont de plus en plus sélectifs.

Indépendant des syndicats et partis politiques, le collectif est un espace de lutte autogéré, sans hiérarchie, afin de permettre une autonomie réelle et une participation démocratique de chacun-e de ses membres. Ce collectif est pris en charge par les étudiant-e-s étranger-ère-s eux-mêmes, évitant ainsi la récupération politique et le paternalisme, souvent de mise dans les luttes des personnes sans papiers. Toute personne souhaitant apporter son soutien et sa contribution est néanmoins la bienvenue.

Contact : Université Paris 8, local C012, 0149271736

collectifetudiantesetrangeres@gmail.com

Facebook : Paris 8 Regularisation

 

Le collectif des étudiant-e-s étranger-e-s de Paris 8 exige :

- un réel soutien et un positionnement politique de la présidence de l'université

- la régularisation de l'ensemble de étudiant-e-s étranger-ère-s

- la suppression de Campus France

- des titres de séjour pluriannuels

- l'égalité de traitement entre étudiant-e-s

- l'arrêt de la politique élitiste et méritocrate de la régularisation au cas par cas

- la régularisation de tous les sans-papiers

- la fermeture des centres de rétention

- la libre circulation des toutes et tous.

 

 





conference.pdf

Les commentaires sont fermés.