• 04/02/11: GENEVE: Café politique Tunisie - 4 février, Café Gavroche

    http://static.skynetblogs.be/media/1352/bg_pattern-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1352/bg_pattern-thumb.jpg

     
     
    From: Jean Batou
    Sent: Sunday, January 30, 2011 9:37 PM
    To:
    Subject: Café politique Tunisie - 4 février, Café Gavroche
     

  • 27/01/11: [ABP] Le Cinéma d'Attac - en avant-première: "Gaza-Strophe, Palestine"

     
     
    Sent: Tuesday, January 25, 2011 5:06 PM
    To:
    Subject: [ABP] Le Cinéma d'Attac - jeudi 27 janvier - en avant-première: "Gaza-Strophe, Palestine"
     

    EXCEPTIONNELLEMENT

    Jeudi 27 janvier à 21 heures 30,

    au cinéma l’Arenberg,

     26 Galerie de la Reine – 1000 Bruxelles

     

    Attac-Bruxelles et l'Association Belgo-Palestinienne

    vous invitent à l'avant-première de

     

    «GAZA-STROPHE,

    PALESTINE»

    de Samir ABDALLAH et Khéridine MABROUK

     

    Version cinéma (100 min) du film « Gaza-Strophe, le jour d’après »

     

    Un film incroyable sur la guerre menée,

    22 jours durant, contre la population palestinienne…

     

    Une formidable enquête établissant la responsabilité incontestable d'Israël pour crimes commis contre l'Humanité.

     

    Un reportage-choc qui vient d'obtenir, coup sur coup,

    le Prix international du documentaire méditérranéen

    et le Grand Prix «France TV»

     

     

    «««

     

    Dès 20 heures 30 précises,

    LE GRAND DÉBAT:

    « LA VÉRITÉ EN FACE...? »

     

    avec, notamment,

    Samir ABDALLAH

    le réalisateur du film

    Fatima EL MOURABITI

    qui a participé à la flottille Free Gaza

    dont l'arraisonnement, le 31 mai,

    a causé la mort de 9 personnes,

    et Henri WAJNBLUM

    de l'Union des Progressistes Juifs de Belgique

     

     

     

     ___________

    «EXTERMINEZ TOUTES LES BRUTES…»

     

    Samedi 27 décembre 2008. La dernière attaque en date est lancée contre des Palestiniens sans défenses. Elle a été minutieusement préparée, depuis plus de six mois selon la presse israélienne. Le plan comprend deux aspects, l’un militaire et l’autre de propagande. Il est basé sur les leçons de l’invasion israélienne du Liban en 2006, mal programmée et peu «expliquée» au public.

    On peut donc être certains que ce qui a été fait, cette fois, l'a été intentionnellement. Ainsi en est-il sûrement du moment de l’agression : un peu avant midi, quand les enfants sortent de l’école et que la foule s’affaire dans les rues de Gaza densément peuplée. Quelques minutes suffiront pour tuer plus de 225 personnes et en blesser 700. Début de bon augure au massacre en masse de civils sans défense, pris au piège dans une petite cage, sans moyen d’en échapper.

     

    Dans sa rétrospective «L'inventaire des gains de la guerre à Gaza», le correspondant du New York Times Ethan Bronner a classé cet acte comme une réussite remarquablement significative. Israël a anticipé l’avantage de paraître «devenir fou» en causant une terreur totalement disproportionnée, doctrine qui remonte aux années 1950. «Les Palestiniens à Gaza ont reçu le message dès le premier jour, écrit Bronner, quand les avions de guerre d’Israël ont frappé d’un coup de multiples cibles au beau milieu d’un samedi matin. Environ 200 habitants furent tués instantanément, terrifiant le Hamas et bien sûr tout Gaza». La tactique du «devenir fou» semble avoir porté ses fruits, conclut Bronner : «Les Gazaouis ressentent tellement de douleur qu’ils ne soutiendront plus le Hamas», gouvernement qu’ils ont pourtant librement élu.

     

    BAS DE PAGE. Dans les annales criminelles du couple Israël-Etats-Unis, cette cruauté et ce cynisme ne méritent pas même une note de bas de page. C’est trop courant. Pour citer un parallèle significatif: en juin 1982 l’invasion israélienne du Liban, avalisée par les Etats-Unis, commença par le bombardement des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Shatila, qui devinrent ensuite les symboles des terribles massacres supervisés par les Forces de «Défense» israéliennes. Le bombardement toucha l’hôpital local et tua plus de 200 personnes, selon le témoignage d’un universitaire américain. Cette boucherie fut l’acte d’ouverture d’une hécatombe qui extermina quelque 20.000 civils et détruisit la plus grande partie du Sud Liban ainsi que Beyrouth, avec le soutien militaire et diplomatique des Etats-Unis.

    Tout cela est normal et commenté assez ouvertement par de hauts dignitaires israéliens. Il y a trente ans, le chef d’état-major Mordechai Gur observait que depuis 1948 «nous avons combattu une population habitant des villages et des villes». Ou, résumé par le plus notoire des analystes militaires israéliens Zeev Schiff, «l’armée israélienne a toujours, délibérément et consciemment visé les populations civiles…; l’armée n’a jamais distingué les cibles civiles [des militaires…mais] intentionnellement attaqué des objectifs civils». Les raisons furent expliquées par l’éminent homme politique Abba Eban : «Il y avait un but rationnel, atteint en définitive, de toucher les populations civiles afin qu’elles exercent une pression pour l’arrêt des hostilités». Le résultat, comme l’avait bien compris Eban, devait permettre à Israël de mettre en œuvre sans obstacles son plan d’expansion illégale et de répression brutale. En fait, Eban commentait l’analyse développée par le premier Ministre Begin concernant les attaques promues par le gouvernement travailliste contre des cibles non militaires; Begin, selon les mots d’Eban, donnait une image d’Israël «infligeant sans raison la mort et l’angoisse à des populations civiles, comme le firent des régimes que ni Menahem Begin ni moi n’oserions appeler par leur nom». Il faut dire qu'Eban ne contestait pas les faits qu’analysait Begin, mais le critiquait de les exposer publiquement.

    Ces «détails», bien que mineurs, nous apprennent néanmoins quelque chose sur nous-mêmes et nos clients. Comme d’autres détails. Par exemple, quand la dernière agression américano-israélienne sur la bande de Gaza a commencé, un petit bateau, la Dignité, faisait route de Chypre vers Gaza. A bord, les médecins et les militants des droits de l’Homme avaient l’intention de briser le blocus criminel imposé par Israël et d’apporter de l’aide médicale à la population emprisonnée. Le navire a été intercepté dans les eaux internationales par la marine israélienne qui l’avait déjà sévèrement percuté, le coulant presque, mais il a réussi à se traîner jusqu’au Liban. Israël a publié ses mensonges ordinaires, réfutés par les journalistes et les passagers à bord, y compris le correspondant de CNN Karl Penhaul voire l’ancien représentant des États-Unis et candidat présidentiel du Parti Vert, Cynthia McKinney. Un crime grave néanmoins passé, sans attirer beaucoup l’attention.

    Pourtant, ce manque d’attention a du sens. Pendant des décennies, Israël a détourné des bateaux dans les eaux internationales entre Chypre et le Liban, tuant ou enlevant leurs passagers, les transférant parfois dans des prisons en Israël, y compris des prisons secrètes ou chambres de torture, les détenant en otages pendant de nombreuses années. Étant donné que ces pratiques sont courantes, pourquoi traiter ces nouveaux crimes autrement qu’avec un bâillement?

    Les nouveaux crimes que les Etats-Unis et Israël ont commis dans la bande de Gaza ne rentrent pas facilement dans une catégorie standard, sauf dans une catégorie des plus familières. Littéralement, ces crimes relèvent de la définition officielle relevée par le gouvernement nord-américain de ce qu'il faut entendre par «terrorisme», mais cette désignation ne rend pas compte de leur énormité.

     

    AUTORITES RABBINIQUES. D'autant que les délires des dirigeants politiques et militaires israéliens sont éminemment bénins si on les compare aux prêches mystiques et sidérés émis par les autorités rabbiniques. Ce ne sont pas des personnalités marginales. Au contraire, elles sont très influentes dans l’armée ainsi que chez les colons, et ont un immense impact émotionnel. Les soldats, combattant dans le nord de Gaza, ont ainsi été gratifiés d’une visite «charismatique» de deux grands rabbins, qui leur ont expliqué qu’il n’existe pas d’ «innocents» à Gaza, que tout le monde y est donc une cible légitime, en citant un célèbre passage des Psaumes priant le Seigneur de saisir les enfants des oppresseurs d’Israël et de les jeter contre les rochers. Les rabbins ne marchaient pas en terre inconnue. Un an plus tôt, comme le rapporte le Jérusalem Post, l’ancien chef rabbin Séfarade a écrit au Premier ministre Olmert, l’informant que tous les civils dans la bande de Gaza sont collectivement coupables des tirs roquettes, ainsi il n’y a «absolument aucune interdiction morale au massacre aveugle de civils pendant une éventuelle offensive militaire massive sur la bande de Gaza visant à arrêter les tirs de fusées». Son fils, grand rabbin de Safed, a surenchéri : «S’ils ne s’arrêtent pas après que nous en ayons tué cent, alors nous devons en tuer mille, et s’ils ne s’arrêtent pas après mille, alors nous devons en tuer dix mille. S’ils ne s’arrêtent pas, nous devons en tuer cent mille, même un million. Ce qu’il faudra pour les faire cesser». Il s’ensuit que tout Palestinien, ou quiconque se trouve sur le chemin de l’impitoyable armée du Saint État, est soit un terroriste soit une victime accidentelle de ses justes crimes.

    Qui plus est, le moment de l’invasion de Gaza aura vraisemblablement été influencé par les prochaines élections israéliennes. Dès les premiers jours du carnage, le commentateur israélien Ran HaCohen a calculé qu’Ehud Barak (lequel reculait fortement dans les sondages) a gagné un siège au Parlement pour 40 morts Arabes.

     

    FATAH-HAMAS. Quelle a été la vraie raison de l’attaque israélienne? Nous n’avons pas d’éléments de preuve sur les plans d’Israël, mais nous savons que le raid est intervenu peu avant des entretiens prévus entre le Fatah et le Hamas au Caire, visant à «aplanir leurs divergences et à créer un gouvernement unifié», signalait le correspondant britannique Rory McCarthy. Ce devait être la première rencontre Fatah-Hamas depuis la guerre civile de juin 2007 qui a donné le contrôle de la bande de Gaza au Hamas, et cela aurait été une étape importante pour la diplomatie. Israël a une longue histoire de provocations en vue de dissuader la menace diplomatique, certaines ayant déjà été mentionnées. Ceci en est sûrement une autre.

    Une des voix les plus sages en Israël, celle d’Uri Avnery, dit qu’après la victoire militaire israélienne, «une cicatrice restera dans la conscience du monde, l’image d’un monstre taché de sang, Israël, prêt à chaque instant à commettre des crimes de guerre et à refuser toute contrainte morale. Cela aura de graves conséquences pour notre futur, notre position dans le monde et nos chances de parvenir à la paix et au calme. En fin de compte, cette guerre est aussi un crime contre nous-mêmes, un crime contre l’État d’Israël». Il y a de bonnes raisons de croire qu’il a raison. Israël est délibérément en train de devenir le pays le plus haï au monde. Israël est aussi en train de perdre la confiance de l’Occident, y compris celle des jeunes Juifs américains qui sont peu susceptibles de tolérer encore longtemps ses crimes choquants. Il y a quelques décennies, j’ai écrit que ceux qui se déclarent «partisans d’Israël» sont en réalité des partisans de sa dégénérescence morale et de sa destruction probable. Malheureusement, ce jugement semble de plus en plus crédible.

    Pendant ce temps, nous observons tranquillement un événement rare dans l’Histoire, ce que le défunt sociologue israélien Baruch Kimmerling appelait «politicide», le meurtre d’une nation..., à notre porte.

     

    _______________

    Noam CHOMSKY,

    20 janvier 2009

     

     

    ____________

    GAZA- STROPHE PALESTINE

    Cinéma Arenberg (26 Galerie de la Reine)

    France 2010   Durée 110 minutes

    Prix d’entrée unique 6,6 euros y compris pour le débat

    (sauf les Article 27)

    Attac-Bruxelles 1, 89 avenue du Parc à 1060 Bruxelles

    Téléphone : 0494 / 808 854 ê mail : bxl1@attac.be ê  site : http://www.bxl.attac.be/spip/

     

     

     

    Association belgo-palestinienne – Wallonie/Bruxelles asbl
    quai du commerce, 9 - 1000 Bruxelles
    tél: +32 (0)2 223 07 56 - fax: +32 (0)2 250 12 63
    mail :
    abp.eccp@skynet.be

    www.association-belgo-palestinienne.be

     

     

     

     



    Attac BXL Cinema janvier 2011.doc
  • 10-11/02/11: BRUXELLES: Colloque Grève Générale - Rêve Général

     
     
    From: Anne Morelli
    Sent: Monday, January 24, 2011 8:44 AM
    Subject: Colloque Grève Générale - Rêve Général
     
    Programme définitif.
    Merci de diffuser
     
    A.M.
     





    Colloque international

     

    Grève générale – Rêve Général

    Espoirs de transformation sociale

     

     

     

    10-11 et 12 Février 2011-01-21

     

    Salle de vision (NB2VIS), Bibliothèque des sciences humaines,

    Avenue Héger, ULB, Bruxelles.



    greve generale4.jpg


     

    L’actualité de la grève générale se fait ressentir dans toute l’Europe. Ainsi, elle est présente dans la presse et dans les débats sociaux en Grèce au Portugal et plus récemment en Tunisie. Notre colloque se penchera donc sur l’origine d’un tel concept, sur les espoirs qu’il a pu porter et sur le sens de son actualité. Nous avons donc voulu nous pencher, plus globalement sur le concept de Grève générale.

     

    Ainsi, dans la formation du mouvement ouvrier la grève générale a constitué un desprincipaux espoirs de changement fondamental de la société. Pour certains elle devait être un prélude insurrectionnel à la Révolution, pour d’autres elle constituait l’alternative pacifique. Elle devait également, à travers sa pratique, construire la puissance du mouvement ouvrier.

     

    Le colloque se penchera d’abord sur la manière dont les “classiques” du mouvement ouvrier ont perçu cette possibilité d’action. Comment socialistes, anarchistes, communistes, sociaux-démocrates, syndicalistes… se sont-ils positionnés sur cette question ?

     

    Par ailleurs, sur le plan international, des études de cas envisageront une série de grèves générales interprofessionnelles marquantes des XIXème et XXème siècles. Quel a été leur développement ? Quels ont été les obstacles auxquels elles se sont heurtées ? Quel sort a été réservé à leurs protagonistes ? Ont-elles porté des fruits directs ou indirects ? Et qu'en est-il des grèves générales en France et en Belgique et de leur couverture médiatique ?

     

    Enfin, à travers des films et documentaires  (présentés en collaboration avec “Le P’tit Ciné”) et un débat, la question finale sera de savoir si la grève générale a un avenir et, si oui,où  et dans quelles circonstances.





     greve generale4.jpg

     


     

    Organisé par le Centre d'Histoire et de Sociologie des Gauches,

    l’Institut Marcel Liebman, le Mundaneum et le p’tit ciné.

     


    Programme Complet: voir document en attaché

    Entrée Gratuite

    Informations et réservations : chsgauches@gmail.com




    --
    Daniel Zamora

    0472/ 41 83 47
    http://www.hypnosis-theme.blogspot.com/

    "Power goes to two poles: those who've got money and those who've got people"

    Saul D. Alinsky


    greve generale.pdf
  • 10-11/02/11: BRUXELLES: Colloque Grève Générale - Rêve Général

     
     
    From: Anne Morelli
    Sent: Monday, January 24, 2011 8:44 AM
    Subject: Colloque Grève Générale - Rêve Général
     
    Programme définitif.
    Merci de diffuser
     
    A.M.
     





    Colloque international

     

    Grève générale – Rêve Général

    Espoirs de transformation sociale

     

     

     

    10-11 et 12 Février 2011-01-21

     

    Salle de vision (NB2VIS), Bibliothèque des sciences humaines,

    Avenue Héger, ULB, Bruxelles.



    greve generale4.jpg


     

    L’actualité de la grève générale se fait ressentir dans toute l’Europe. Ainsi, elle est présente dans la presse et dans les débats sociaux en Grèce au Portugal et plus récemment en Tunisie. Notre colloque se penchera donc sur l’origine d’un tel concept, sur les espoirs qu’il a pu porter et sur le sens de son actualité. Nous avons donc voulu nous pencher, plus globalement sur le concept de Grève générale.

     

    Ainsi, dans la formation du mouvement ouvrier la grève générale a constitué un desprincipaux espoirs de changement fondamental de la société. Pour certains elle devait être un prélude insurrectionnel à la Révolution, pour d’autres elle constituait l’alternative pacifique. Elle devait également, à travers sa pratique, construire la puissance du mouvement ouvrier.

     

    Le colloque se penchera d’abord sur la manière dont les “classiques” du mouvement ouvrier ont perçu cette possibilité d’action. Comment socialistes, anarchistes, communistes, sociaux-démocrates, syndicalistes… se sont-ils positionnés sur cette question ?

     

    Par ailleurs, sur le plan international, des études de cas envisageront une série de grèves générales interprofessionnelles marquantes des XIXème et XXème siècles. Quel a été leur développement ? Quels ont été les obstacles auxquels elles se sont heurtées ? Quel sort a été réservé à leurs protagonistes ? Ont-elles porté des fruits directs ou indirects ? Et qu'en est-il des grèves générales en France et en Belgique et de leur couverture médiatique ?

     

    Enfin, à travers des films et documentaires  (présentés en collaboration avec “Le P’tit Ciné”) et un débat, la question finale sera de savoir si la grève générale a un avenir et, si oui,où  et dans quelles circonstances.





     greve generale4.jpg

     


     

    Organisé par le Centre d'Histoire et de Sociologie des Gauches,

    l’Institut Marcel Liebman, le Mundaneum et le p’tit ciné.

     


    Programme Complet: voir document en attaché

    Entrée Gratuite

    Informations et réservations : chsgauches@gmail.com




    --
    Daniel Zamora

    0472/ 41 83 47
    http://www.hypnosis-theme.blogspot.com/

    "Power goes to two poles: those who've got money and those who've got people"

    Saul D. Alinsky


    greve generale.pdf
  • manifestation vers l'ambassade tunisienne à Paris demain samedi 22 JANVIER DÉPART 15H DENFERT -ROCHEREAU

     
     
    From: Tarek BEN HIBA
    Sent: Friday, January 21, 2011 12:03 PM
    To: destinataires inconnus:
    Subject: manifestation vers l'ambassade tunisienne à Paris demain samedi 22 JANVIER DÉPART 15H DENFERT -ROCHEREAU
     

    Le Collectif de Solidarité avec les Luttes des Habitants de Sidi Bouzid - Tunisie

     

    LA RÉVOLUTION TUNISIENNE A BESOIN DE NOUS

     

     

    MANIFESTATION

    SAMEDI 22 JANVIER 2011 A 15 H

    DÉPART DENFERT-ROCHEREAU VERS SAINT- FRANÇOIS XAVIER

     

    POUR :

     

    Ø amnistie générale et droit au retour de tous les exilés

    Ø mise en œuvre immédiate de la liberté de la presse, de la liberté d’association et mise à disposition des associations des moyens de leur libre expression et de leur libre fonctionnement, mise en œuvre immédiate de la liberté de réunion et de manifestation

    Ø restitution des biens publics à l’étranger accaparés par le RCD à l’Etat tunisien, mise à disposition en France du local du 36 rue de Botzaris aux associations démocratiques tunisiennes

    Ø séparation stricte de l’Etat et du RCD, ce qui implique la saisie des locaux du RCD, fin de la mise à disposition des moyens de l’Etat en personnel, voitures et locaux, la dissolution des cellules professionnelles du RCD

    Ø reconnaissance de tous les partis politiques sans exception

    Ø arrestation, mise en accusation de tous les responsables d’exactions contre les manifestants, les syndicalistes et les militants politiques

    Ø commission d’enquête réellement indépendante sur les exactions commises et indemnisation des familles des martyrs de la liberté

    Ø blocage des biens de la famille Trabelsi et de l’entourage du dictateur Ben Ali, commission d’enquête indépendante sur les corruptions et mise en œuvre des procédures tant nationales qu’internationales pour faire rendre gorge des biens volés au peuple tunisien

    Ø mise en place se mesures financières immédiates toutes affaires cessantes en faveur des chômeurs et particulièrement des chômeurs diplômés

    Ø préservation des libertés et droits acquis des femmes notamment par le CSP (Code du Statut Personnel) et leur élargissement

    AC ! - ACHR - ACORT - AFASPA - AMF - ASDHOM -ATF- ATF Paris - ATMF - ATTAC - CAPJPO-EuroPalestine - CEDETIM - CFDA - CISA - CNT - Comité National de Soutien au Mouvement du Bassin minier - Courant Nationaliste Progressiste - CORELSO - CPR - CRLDHT - DAL - Etoile Nord Africaine - Europe Écologie Les Verts - FASE (Fédération pour une alternative Sociale et Écologique) - FDLT (Forum démocratique pour la liberté et le Travail) - FSQP - FTCR - FMVJ-France ( Forum Marocain Vérité et Justice) - La pelle et la pioche - Les Alternatifs - LDH - Le MOUVEMENT POUR UNE ALTERNATIVE SOCIALE ÉCOLOGIQUE ET DÉMOCRATIQUE - LUTTE OUVRIÈRE - Manifeste des Libertés - Mouvement Nahdha - Mouvement Tajdid France - MRAP - NO-VOX - NPA - partenia 2000 - PCF - PCOF - PCOT - PDP - PG - Le Parti Socialiste Unifié (Maroc) - Réseau Stop la Précarité - SOLIDAIRES - Solidarité Tunisienne - SORTIR DU COLONIALISME – SYNDICAT DES ECRIVAINS DE TUNISIE – UNEF - UTIT - Voie Démocratique Maroc - Voix Libre

  • 19/01/11: FRANCES: à Nimes: Tunisie: Rassemblement d’urgence à N îmes

     
     
    Sent: Tuesday, January 18, 2011 6:41 PM
    To: Undisclosed-recipients:
    Subject: Tunisie: Rassemblement d’urgence à Nîmes
     
     

    Le Collectif  Nîmois de Solidarité avec les Luttes en Tunisie


    La commission administrative de l’UGTT vient de décider le retrait de ses 3 représentants du Gouvernement.

    Elle demande que ce gouvernement soit apuré des symboles de la dictature de Ben Ali, notamment des ministères de souveraineté (la Défense, l’Intérieur et les Affaires étrangères), ainsi que de certains membres de ce gouvernement, connus pour avoir été associés à tous les crimes (torture, assassinat…) de Ben Ali depuis 23 ans.

     

     

     

    Plus que jamais, restons mobilisés aux côtés de la rue, qui refuse ce gouvernement, elle exige le départ  des représentants du RCD et la dissolution du parti de Ben Ali.

     

    Rassemblement d’urgence

    Mercredi 19 janvier 2011 à 18h.00

      Place de la maison Carré 

    30000 Nîmes

     

     

     

     

     

     

     

  • 19/02/11: BELGIQUE: Marchienne-au-Pont: il n'y aura pas de place pour tout le monde

     
     
    Sent: Tuesday, January 18, 2011 6:42 PM
    Subject: 19 février : il n'y aura pas de place pour tout le monde
     

    C'EST PAS DE LA PUB,
    C'EST UN CONSEIL !

    La rencontre-débat organisée par la Plate-forme Charleroi-Palestine avec

    Alain Gresh
    Directeur adjoint du Monde Diplomatique
    auteur "De quoi la Palestine est-elle le nom ?"

    Alain GRESH
    et
    Tariq RAMADAN

    Tariq Ramadan
    Islamologue, auteur de nombreux ouvrages
    et d'une contribution á "Israël, parlons-en !"

    aura lieu dans un mois exactement, le 19 février à 15h., à la Maison pour Association à Marchienne-au-Pont.

    Comme vous le savez, puisque vous lisez attentivement tous les messages que nous vous envoyons, il est ABSOLUMENT INDISPENSABLE de réserver ses places.

    Si vous ne l'avez pas encore fait (seriez-vous du genre à ne pas remettre à demain ce qui peut se faire après-demain ?), d'autres n'ont pas attendu. Beaucoup d'autres. Et le rythme des réservations tend à s'accélérer depuis le début de cette semaine.

    Au rythme actuel, dans  quelques jours (la semaine prochaine, voire même cette semaine encore) il n'y aura plus une seule place disponible !!

    Il n'y aura pas d'exception : celles et ceux qui n'auront pas réservé n'auront pas de place !

    Sans vouloir vous commander, rendez-vous donc sans plus tarder sur notre site web pour réserver vos places (et lisez attentivement le message que vous recevrez ensuite) :

    CLIQUEZ ICI ET LAISSEZ-VOUS GUIDER

     

    DANS LE CADRE DE LA
    SEMAINE DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE CITOYENNE


    LE CINÉ LE PARC ET
    LA PLATE-FORME CHARLEROI-PALESTINE

    PRESENTENT
    LE MARDI 29 MARS 2011 À 13H30
    JAFFA
    film de Keren Yedaya (France , Israël, Allemagne) 2009
    Avec Dana Ivgy, Mahmud Shalaby, Ronit Elkabetz

    Situé au coeur de Jaffa, une ville que les Israéliens surnomment 'la fiancée de la mer', le garage de Reuven est une affaire familiale. Il y emploie sa fille Mali et son fils Meir, ainsi que Toufik et Hassan, un jeune Palestinien et son père. Personne ne se doute que Mali et Toufik s'aiment depuis des années. Alors que les deux amants préparent en secret leur mariage, la tension monte entre Meir et Toufik...
    Côté pile, un drame familial nourri de conflits, de mensonges et d’effondrements. Un ‘Roméo et Juliette’ à la petite semaine, sous le soleil de Jaffa, qui se souvient des mélodrames égyptiens populaires des années 1940 et de leur cortège de zooms compatissants. Côté face, un film politique à la radicalité camouflée sous le masque tragique, le portrait d’une famille israélienne schizophrène sur fond de tensions communautaires. La charge symbolique de cette tragique histoire est dans le titre : Jaffa
    est la ville d’Israël où cohabitent le plus étroitement Israéliens et Palestiniens depuis 1948.
    Mais ici, le racisme est plus larvé qu’ostentatoire et la violence des émotions est à trouver intégralement au sein d’une narration tendue comme un fil, d’un générique à l’autre.
    Keren Yedaya joue avec le visage changeant de cette famille ordinaire que le drame plongera dans l’opacité absolue. Elle en accentue les contrastes dans une esthétique tout en clair obscur et observe ce monde troublé à distance respectueuse. Sous son regard, les comédiens Ronit Elkabetz, tragédienne devant l’éternel, Dana Ivgy (déjà fille de Ronit Elkabetz dans ‘Mon trésor’ de la même réalisatrice) et Moni Moshonov incarnent à la perfection l’exact croisement entre la culpabilité, la souffrance et la lâcheté. Du raffinement à l’extrême.

    Au CINEMA "LE PARC" - rue de Montigny, 58 - 6000 Charleroi

    Prix : 3 € - A partir de 16 ans

    RÉSERVATION INDISPENSABLE : 071 31 71 47



  • 23/01/11: BELGIQUE: Soutien du PTB à la manifestation "No gouver nement, great country"

     
     
    Sent: Tuesday, January 18, 2011 2:15 PM
    Subject: Soutien du PTB à la manifestation "No gouvernement, great country" du 23 janvier
     


    Les gens d'abord,
      pas le profit





    Soutien du PTB à la manifestation

    "no governement, great country" du 23 janvier
     

    Le PTB entend apporter son soutien à la manifestation « no governement, great country» qui se tiendra à Bruxelles le dimanche 23 janvier à 13 heures. Nous organisons un départ collectif à la gare de Charleroi-Sud avec le train de 11h40. Rendez-vous à 11h15 sur l'esplanade devant la gare.

    Sur les thèmes « la solidarité nous rend plus fort » et « une sécurité sociale pour tous », le parti de gauche appelle l'ensemble de ses membres à rejoindre cette manifestation. Comme il soutient d’autres initiatives culturelles et syndicales qui s’opposent à la surenchère nationaliste.

    Germain Mugemangango, porte-parole carolo du PTB: « Après plus de 200 jours de crise, il était temps qu'un appel à se mobiliser dans la rue arrive. Le désintérêt de la politique qu'engendre ce cirque politique ne peut que profiter à des partis comme la N-VA dont la stratégie est clairement le pourrissement de la situation. Cette manifestation peut permettre aux citoyens d'exprimer leur ras-le-bol face à cette situation mais aussi que la population puisse se réapproprier le débat sur l’avenir du pays et de la sécurité sociale, débat qui est depuis trop longtemps confisqué par le monde politique. »

    Et de continuer : « Comme seul parti national, actif dans toutes les régions du pays, nous sommes évidemment très sensibles aux tensions communautaires que traversent notre pays. L'annonce, ce mercredi–même, de la NVA de vouloir scinder des pans entiers de la sécurité sociale (pour mieux la démanteler) montre les buts de ce parti de droite. Il est donc normal que la gauche se mobilise pour la défense de cette sécurité sociale garante de la solidarité dans notre pays ».

    Au sujet des mots d'ordre de cette manifestation, Germain Mugemangango précise « qu'évidemment on peut regretter que la plate-forme de cette manifestation reste floue sur le sens que les réformes institutionnelles devraient prendre. Mais avant tout, nous voulons soutenir cette initiative citoyenne qui a le mérite d'appeler les gens à la mobilisation et de pointer du doigt les responsables de cette crise que sont les responsables de la N-VA ».

     

    Contact & Info:

    Mugemangango Germain - Président régional du Parti du Travail de Belgique
    germainmugemangango@hotmail.com
    0487/427848

     

    PTB Charleroi: Rue Z. Gramme 21 à 6000 Charleroi - Tel: 071/32.45.65 ou 0491/333.430

    charleroi@ptb.be ou www.ptb.be

  • 30/01/11: BELGIQUE: Steenokkerzeel: Manifestation devant le cent re fermé 127bis

    steenokkerzeel3 

    Une nouvelle manif de solidarité devant le camp d’enfermement de Steenokkerzeel ...
    RoRo 
     
    From: Crer
    Sent: Thursday, January 13, 2011 8:32 AM
    Subject: (Crer-News-2) Manifestation devant le centre fermé 127bis
     
    steenokkerzeelau3-
    steenokkerzeelu3

  • 28/01/11: FRANCE: LYON: CONCERT - TEMOIGNAGE AU PROFIT DU BATEAU FRANCAIS POUR GAZA

     
     
    Sent: Wednesday, January 12, 2011 10:16 AM
    To:
    Subject: CONCERT - TEMOIGNAGE AU PROFIT DU BATEAU FRANCAIS POUR GAZA - 28 JANVIER 2011 à 20 H 00
     
    COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN c/o Maison du Peuple, 147, av. du Gal Frère, 69008 LYON
    Contact : 06 01 91 52 18  courriel : palestine69@orange.fr  Agenda et actions : http://collectif69palestine.free.fr
     
    Concert 28 janvier Bateau pour Gaza
     
     
    CONCERT - TEMOIGNAGE AU PROFIT DU BATEAU FRANCAIS POUR GAZA
     
    28 JANVIER 2011 à 20 H 00
     
    SALLE PAUL GARCIN impasse Flesselle Lyon   comment se rendre à a salle ?

    Le Trio Soulaÿres ET Le Trio Bassma

    Témoignage de Salah et Thomas, participants de la flottille de la liberté en mai 2010

    - Dénoncer et briser le siège israélien de Gaza

    - Promouvoir et faire respecter le droit international

    - Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de Gaza

     

     
     
     

    Le Trio Bassma…

    A la croisée des Mémoires.

    « Quand les chants du monde se font récit.

    Quand les cultures s’entremêlent et témoignent du passé, du présent…mélodieuses, percussives et tribales.

    L’âme d’un peuple rêvant de liberté, comme l’histoire qui est tienne et qui m’a montré un chemin min hounak.

    Ont retenti alors contre l’oubli les voix vibrantes d’espoir. Et je me souviens  »

    Chems, (guitare voix) / David Bruley (Percussions Orientales) / Hassan Abd Alrahman (Oud, Ney, voix)


                                Le Trio Soulaÿres…

    Ou la rencontre de 4 musiciens

    Venus de quatre univers musicaux radicalement différents, un mélange de compositions et l’exploration de musiques populaires…

    « L’amour, la peur du noir, la passion, les ruptures, le besoin de l’autre sont autant de chemins que nous empruntons chaque jour et que nous aimons chanter. »

    Ce trio aux influences riches et diverses nous transporte vers des paysages nocturnes et lointains, vers des contrées imaginaires aux parfums méditerranéens. Leurs mélodies sont nourries de traditions argentines, irlandaises, andalouses et parfois teintées d’accents folks.

    Séverine SOULAŸRES, (guitare, bodhran, voix) / Christophe JACQUES, (guitares, mandoline) / Paul Valère MARCHAND,( violoncelle) Myriam Essayan (Percussions).

     

    Le Trio Soulaÿres et le Trio Bassma vous feront tanguer d’une rive à l’autre…et termineront le voyage ensemble !